Bruxelles

La Cour des comptes a examiné la gestion de la SCRL Neo, chargée de piloter l'ambitieux réaménagement du site bruxellois du Heysel, et y a pointé différents éléments critiques, rapporte De Tijd mardi, qui rappelle que la société a été créée par la Région bruxelloise et la Ville.

Parmi ces anomalies, il serait ainsi question de deux cartes de crédit mises à disposition du CEO, Henri Dineur, avec lesquelles plus de 10.000 euros ont été payés en 2014 et 2015, entre autres en frais de voyage et représentation. Or, cette pratique est en contradiction avec la législation bruxelloise qui stipule que les institutions publiques ne peuvent pas fournir à leurs mandataires des cartes de crédit, a noté la Cour des comptes, selon De Tijd. Des justificatifs seraient également manquants pour certaines dépenses, ainsi que pour des retraits. Après les remarques de la Cour des comptes, Neo a immédiatement retiré ces cartes de crédit.

Un autre élément pointé concerne les marchés publics. Les principes de concurrence et de transparence dans la procédure n'ont pas toujours été respectées, note la Cour, notamment dans le cadre de la fusion avec EXCS ou pour des tâches de consultance. Dans une réaction concernant des tâches de consultance pour lesquelles les sous-traitants potentiels n'auraient pas suffisamment été mis en concurrence, Neo a signalé vouloir se mettre en règle et préparer un nouvel appel d'offres.