Bruxelles

La connaissance des deux principales langues nationales par le personnel des hôpitaux publics bruxellois a donné lieu mercredi à des prises de position divergentes entre le député régional CD & V Walter Vandenbossche et le ministre SP.A Pascal Smet en charge de la Santé au sein de la Commission communautaire commune (Cocom). Ce dossier fait régulièrement l'objet d'une attention soutenue de la part de certains élus régionaux flamands de la capitale car l'accueil de la population néerlandophone notamment dans les services d'urgence, est parfois déficient, faute d'une connaissance linguistique appropriée de la part du personnel.

En Commission du parlement bruxellois, le député Walter Vandenbossche a ainsi interpellé le ministre au sujet de l'annulation des nominations de deux médecins de l'Hôpital Saint-Pierre par la Commission permanente de contrôle linguistique. Selon le député, le ministre a annoncé que le gouvernement bruxellois, sous sa casquette de Collège de la Cocom, en charge de cette matière, exercerait prochainement un contrôle renforcé de l'emploi des langues par le personnel des hôpitaux publics. D'après le chef du groupe CD & V, Pascal Smet a ainsi précisé que l'ensemble des hôpitaux bruxellois devront dorénavant soumettre leur politique de gestion du personnel aux ministres compétents du Collège de la Cocom. Cela permettra à ceux-ci de mener une politique d'application des lois linguistiques dans les hôpitaux, a-t-il dit.

Interrogé mercredi, le ministre Smet a pris quelque distance avec l'interprétation selon lui restrictive de sa réponse, par le député CD & V. D'après lui, il a simplement été demandé aux hôpitaux publics d'informer les ministres de la Cocom de l'agenda et de l'ordre du jour des travaux de leurs AG et CA, ainsi que des décisions prises par leur fonctionnaire-dirigeant dans un délai de 15 jours. Les décisions qui doivent être approuvées par la structure Iris qui coordonne l'ensemble des hôpitaux publics échappent à cette procédure.

Pascal Smet a par ailleurs précisé qu'il avait aussi insisté sur le respect de l'accord de gouvernement bruxellois qui vise "à assurer la continuité des services dans les hôpitaux publics de la capitale", tout en veillant à améliorer l'accueil des néerlandophones. Selon lui, il est ainsi par moments difficile de trouver du personnel bilingue sur le marché de l'emploi. "Si M. Vandenbossche dispose d'une liste de candidats bilingues, je lui serais reconnaissant de me la transmettre", a-t-il ajouté. Pour Pascal Smet, l'amélioration de l'accueil des patients néerlandophones devrait idéalement passer par une valorisation financière du personnel bilingue. (Belga)