Doulkeridis: des contrôles surprises ciblés dans le logement privé bruxellois

Gianni Ruggieri Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Bruxelles Manifestation à Bruxelles ce matin, à 10h. Le Syndicat des locataires veut faire entendre sa voix, devant le parlement bruxellois, et dire combien les loyers bruxellois sont élevés, le bâti se dégrade, les charges augmentent. Le Syndicat souhaite dénoncer également les expulsions et rencontrer les parlementaires, et non le Secrétaire d'Etat bruxellois au logement !

Contacté par Twizz radio, José Garcia, Secrétaire général du Syndicat des locataires estime que l'Exécutif bruxellois accorde trop d'importance au secteur du logement public et à l'aspect quantitatif de ce dernier. La priorité selon lui : résoudre les problèmes liés à la location dans le logement privé.

Christos Doulkeridis, Secrétaire d'Etat (Ecolo) bruxellois au logement réagit ce matin dans le 7.40 de Twizz radio : "Ce qui est chaud, c'est ce que vivient énormément de familles pour se loger, c'est un problème qui n'est pas récent. On a 55000 ménages, familles la plupart du temps, qui sont en attente d'une réponse publique pour pouvoir concrétiser leur droit au logement. On a autant de familles qui occupent un logement social qu'autant de familles qui attendent pour avoir un logement social".

Trop d'importance accordée au logement public et pas assez au privé se plaint le Syndicat des locataires. "On se rencontre régulièrement et on travaille ensemble… et c'est très très bien qu'ils interpellent les parlementaires" répond Christos Doulkeridis. Le Secrétaire d'Etat cite les initiatives prises dans le secteur du logement pour favoriser l'acquisition d'une propriété. "A Bruxelles, par exemple, on a nettement moins de propriétaires que de locataires, ce qui est l'inverse de la région wallonne et de la région flamande. Rien qu'en 2011, le fonds du logement que nous subsidions a permis à plus de 1000 ménages, en un an, de pouvoir devenir propriétaire grâce à des taux d'intérêt qui sont particulièrement avantageux".

Christos Doulkeridis rappelle donc ses objectifs : augmenter le parc des logements sociaux, rénover les logements, transformer les bureaux, acquérir un logement sans être propriétaire du terrain ou encore infliger une amende régionale aux propriétaires qui laisseraient leur(s) logement(s) sans locataires.

Des initiatives sont donc prises mais des points de tension perdurent. Christos Doulkeridis reconnaît la difficulté : "On a un code du logement qu'on est en train de réformer qui existe, qui dit ce qu'est un logement décent et ce qui ne l'est pas. On a une administration qui est chargée de le contrôler..."

Alors, le Secrétaire d'Etat fixe une priorité et avertit : "Combattre les logements qui sont totalement indécents où les propriétaires jouent en exploitant la misère des locataires,en pratiquant des loyers démesurés. On prévoit dans la réforme du code du logement des instruments beaucoup plus efficaces et directs. D'abord, la possibilité de pouvoir intervenir chez ceux qui ont prouvé qu'ils étaient des tricheurs sans prendre rendez-vous comme c'est le cas malheureusement aujourd'hui, comme l'impose la loi parce que généralement qu'est-ce-qu'ils font ? Ils sont prévenus une semaine à l'avance du fait que l'inspection du logement va arriver chez eux et ils mettent les gens dehors ! Ils disent, non finalement on ne loue à personne, il n'y a pas de location, et donc vous n'avez rien à nous dire !".

Gianni Ruggieri

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM