Bruxelles

Bruxelles accueille pour la première fois ce samedi le Bodypainting Day consistant à peindre publiquement des corps nus.

La place Sainte-Catherine sera ce samedi le théâtre d'un art relativement nouveau : le bodypainting. Cette technique consistant à peindre publiquement des corps nus surgit en 2007 à New-York des mains de l'artiste Andy Golub. Une journée y étant entièrement dédiée naît en 2014, toujours à New-York : c'est le Bodypainting Day. Respectivement en 2015 et en 2016, les villes d'Amsterdam et San Francisco se lancent à leur tour. Ce 27 août, Bruxelles deviendra officiellement la quatrième ville mondiale et la deuxième ville européenne à accueillir cet événement.

L'initiative d'un Bodypainting Day dans notre capitale revient à Pierre Droeshaut, photographe spécialisé dans le nu ayant lui-même vécu l'expérience du bodypainting. "J'ai voulu savoir ce que ressentaient les modèles de nu et j'ai donc décidé de participer au Bodypainting Day d'Amsterdam, l'année dernière", raconte Pierre. "Ca a été une immense surprise, les préjugés tombent en même temps que les vêtements." Il est important de rappeler que les modèles du bodypainting ne sont pas sélectionnés et que l'échantillon représente généralement monsieur-tout-le-monde. Personnes d'âges, de tailles et d'origines différentes, tout le monde est invité à y participer. "Il faut néanmoins être mentalement disposé à le faire", précise Pierre. "L'important est d'aborder l'expérience avec un esprit sain et une pensée positive, ce qui exclut toute gêne, honte et écarte tout lien avec la sexualité."

Diplomate, Pierre a su comment convaincre les autorités afin d'obtenir une autorisation officielle. "Lors de mon expérience en tant que modèle, j'ai pris des photos des gens qui me regardaient. Certains souriaient, d'autres réfléchissaient, mais pas une fois je n'ai vu d'expression hostile", se rappelle-t-il. "J'ai envoyé plusieurs photos et j'ai reçu une réponse enthousiaste de l'échevine de la culture Karine Lalieux, c'était très encourageant." Lors d'une rencontre avec l'artiste Andy Golub, celui-ci avait proposé à Pierre d'organiser quelque chose à Bruxelles, ville "artistiquement renommée". De fil en aiguille, c'est donc lui qui en est devenu l'organisateur. "Nous pouvons être fiers de l'ouverture d'esprit de notre ville et de notre audacité", affirme-t-il.

Ayant le double objectif de promouvoir la connexion humaine à travers l'art et de s'accepter les uns les autres, le Bodypainting Day accueillera le public ce samedi de 11h à 16h sur la place Sainte-Catherine. S'ensuivra une promenade dans les rues de la capitale, tant pour visiter la ville que pour promouvoir ce type d'art. "Le thème cette année est celui de la beauté intérieure, il s'agira pour les artistes de chercher ce qui se cache à l'intérieur des modèles pour le traduire dans la peinture extérieure", annonce l'organisateur.