Bruxelles Ils sont sensibles aux propositions des chefs de corps mais sans moyens, pas de salut.

La conférence des bourgmestres bruxellois a pris acte, mercredi, des propositions émises par les chefs de corps des six zones de police de la capitale afin de mieux faire face à d’éventuels nouveaux débordements dans les rues de Bruxelles.

Un déficit de 500 policiers

A l’issue de leur réunion avec ces chefs de corps, les bourgmestres ont, une nouvelle fois, insisté sur la nécessité de faire procéder aux recrutements nécessaires pour compléter le cadre déficitaire de 500 policiers dans les zones mais aussi de renforcer la réserve fédérale afin de garantir une capacité d’appui de minimum 40 policiers, soit le double de la capacité actuelle.

"La capacité de mobilisation des zones de police bruxelloises ne peut être garantie sans faire droit à la demande répétée des 19 bourgmestres de remplir les cadres. Il est primordial de résorber le déficit dans le cadre des zones bruxelloises, de préférence par le recrutement de policiers bruxellois dans un souci de renforcer la police de proximité par des acteurs qui connaissent le terrain", précise la conférence.

Celle-ci a notamment fait référence à l’accroissement des missions confiées aux policiers bruxellois liées notamment à la croissance démographique, au plan canal, aux mesures pour lutter contre le terrorisme ainsi qu’à la surveillance et les transferts entre les prisons et le palais de justice.

Pour les bourgmestres, il est également important d’assurer une mise en place rapide, au sein de la police fédérale, de la direction de la surveillance annoncée par le gouvernement fédéral, histoire de régler la question du contrôle des détenus au sein des palais de justice et du leur transport des prisons vers les palais de justice, deux activités très chronophages pour les polices locales.

Surveiller les réseaux sociaux

Cela dit, les chefs de corps ont émis toute une série de propositions. Ils ont notamment plaidé pour "une meilleure collecte d’informations sur les réseaux sociaux grâce à une pleine collaboration avec la police judiciaire fédérale et ‘Bruxelles Prévention Sécurité’ au niveau régional". Et semblent avoir été entendus dès mardi.

Ils ont également demandé la mise en place de structures et de personnel "pour mieux coordonner l’engagement sur le terrain des renforts fournis par la police fédérale et les polices locales".

Ils ont indiqué que les protocoles existants de collaboration entre les six zones seront complétés pour améliorer la coordination et la gestion des événements imprévus.

La conférence des bourgmestre a quant à elle tenu à souligner "le bon fonctionnement des mécanismes de collaboration et de soutien horizontal entre les zones", grâce auquel 95 policiers, dont 80 en tenue de maintien de l’ordre, ont pu être rapidement mobilisés le 11 novembre lors des échauffourées qui ont suivi la qualification de l’équipe nationale marocaine pour la Coupe du monde de football.