Bruxelles

L’année 2016 fut très particulière pour la Stib, avec une légère baisse du nombre de voyages effectués, principalement en raison des attentats du 22 mars. Mais diminution de trajets signifie également baisse de recettes liées au trafic. C’est ce qu’il ressort du rapport d’activités 2016 de la société des transports bruxellois. Une baisse de 4 % de ces revenus par rapport à 2015 a été enregistrée. "C’est un phénomène particulier lié principalement aux attentats mais également à la baisse des prix de l’abonnement scolaire. C’est relativement impactant, mais cela a été compensé dans le budget global de la société", a indiqué le directeur général de la Stib Brieuc de Meeûs qui précise que l’on constate une nouvelle augmentation des recettes depuis novembre dernier.

Parmi les indicateurs intéressants dévoilés dans le rapport d’activités, on retrouve aussi les chiffres concernant la vitesse commerciale des véhicules en surface, en berne depuis quelques années. La situation s’est stabilisée avec une moyenne de 16 km/h pour le tram et de 16,1 km/h pour le bus, soit des chiffres assez similaires à l’année précédente. Mais la situation demeure peu idéale pour la Stib, qui réclame davantage de sites propres.

"Si la vitesse commerciale ne diminue pas, elle n’augmente pas non plus. C’est à cause du trafic. Je plaide pour des bandes bus. Ça ne réjouit pas tout le monde mais c’est la seule manière de permettre au transport public de vivre et de limiter l’impact de la voiture sur la vie en ville. Une bande bus, ce sont des places de parking en moins et des aménagements particuliers et tout le monde n’aime pas ça. Il faut se battre pour chaque mètre !", commente Brieuc de Meeûs.

Forcément , c’est principalement durant les heures de pointe que la vitesse commerciale est la moins élevée. Si les trams parviennent à circuler à une moyenne de 17,6 km/h en soirée, la vitesse commerciale retombe à 15,3 km/h en heures de pointe. C’est pire du côté des autobus, qui passent sous la barre des 15 km/h en heures de pointe avec une vitesse commerciale de 14,8 km/h en 2016. En soirée, les bus de la Stib parviennent à rouler à une moyenne de 19,7 km/h.