Bruxelles La destruction de la maison de l’avenue de Tervueren dépendra de l’avis de la CRMS et de la Stib

Il y avait foule, hier, lors d’une commission de concertation de la commune d’Etterbeek. Une cinquantaine de personnes étaient venues faire part de leurs inquiétudes concernant une maison du XIXe siècle, située au n° 28 de l’avenue de Tervueren.

Après l’exposé des architectes qui ont présenté leur projet de démolition-reconstruction (un immeuble de 8 étages comprenant 13 appartements et 14 places de parking en sous-sol), riverains et associations ont fait part de leur opposition au projet.

Il a notamment été fait état du dangereux précèdent que pourrait constituer cette démolition ouvrant la voie à la destruction d’autres maisons de l’avenue ayant une valeur patrimoniale mais non classées.

À l’issue de la réunion, la commission, qui réunit des représentants de l’autorité communale et régionale, a décidé de reporter son avis, et de demander, avant de le formuler, ceux de la commission royale des Monuments et des Sites, ainsi que de la Stib pour les questions liées à la mobilité et à l’accès au futur bâtiment. La nouvelle commission de concertation devrait avoir lieu à la mi-février.

Pour rappel la maison qui risque d’être détruite n’est pas classée mais bien inscrite à l’inventaire du patrimoine de la Région bruxelloise. Elle appartient à la députée et présidente du CPAS de la commune, Françoise Bertieaux (MR), qui a décidé de la vendre parce qu’elle est énergivore et trop grande pour elle et son mari. Selon elle, la maison a perdu une grosse partie de son côté Art Déco en raison de transformations importantes apportées dans les années 20.