Bruxelles

Voilà bientôt un an que l'Agence Bruxelles-Propreté (ABP) prend en charge la collecte bi-quotidienne des déchets dans le périmètre historique de la Ville de Bruxelles, le périmètre «Unesco» autour de la grand-place (délimité par les rues du Midi, du Lombard, de l'Ecuyer et le boulevard de l'Impératrice). Et cela afin d'assurer une propreté maximale dans ce quartier à forte concentration de commerces, restaurants et snacks.

Le principe: six jours sur sept, les agents de l'ABP récoltent matin et soir les sacs poubelles de couleur fuchsia, spécifiquement destinés à cet usage, des commerçants et restaurateurs qui ont un contrat d'enlèvement des déchets avec l'ABP.

Et l'opération semble réussir. Car, si conclure un contrat d'enlèvement de déchets est une obligation légale pour tout acteur économique depuis 1991, seul un tiers des commerçants actifs dans la zone Unesco présentait, avant la mise en place des collectes bi-quotidiennes, ses déchets dans les règles aux ramassages de l'ABP ou à celles d'un opérateur privé.

Un an après le lancement du projet, le nombre de contrats commerciaux dans cette zone est passé de 273 à 379, soit une augmentation de 39 pc. Ce sont ainsi 85 pc des commerces présentant des déchets à la collecte dans cette zone qui ont un contrat d'enlèvement.

«Cette opération s'intègre dans le plan quinquennal de propreté 2005-2010. Au vu des bons résultats, nous avons décidé d'étendre le ramassage bi-quotidien, fin 2005, aux quartiers Saint-Jacques, Saint-Géry et Sainte-Catherine», explique Emir Kir (PS), secrétaire d'Etat en charge de la Propreté publique. Là aussi le nombre de commerçants sous contrat a enregistré une progression de 22 pc, en six mois.

Deux nouvelles zones

Emir Kir a aussi lancé deux expériences pilotes, en dehors du périmètre historique, «qui, espère-t-il, permettront d'étendre la double collecte à d'autres voiries communales».

Il s'agit de la zone de la rue de Brabant (comprise entre la place Saint-Lazare et la place Liedts et délimitée par la rue de Brabant et la rue Verte), soit 13 voiries communales. La prospection commerciale des agents de l'ABP a révélé que 20 pc des commerces ne présentaient pas de déchets à la collecte. Mais depuis l'instauration, le 17 avril, du double ramassage quotidien dans cette zone, 46 pc de commerçants en plus ont un contrat d'enlèvement. Par ailleurs, dès le 12 juin, des collectes bi-quotidiennes seront aussi organisées au niveau de la chaussée de Louvain. Les équipes de l'ABP se chargent actuellement d'y recenser le nombre de commerces. «Nous avons choisi ces deux zones car il y avait une forte demande de la part des commerçants. Les résultats seront évalués par après», précise M.Kir.

Parallèlement à ces actions de terrain, l'ABP a mis en place une campagne de prospection commerciale via mailings. Fin 2005, quelque 15 000 opérateurs économiques ont ainsi été contactés. Ce qui a permis d'établir 800 nouveaux contrats. D'ici la fin de l'année, tous les opérateurs économiques de la Région bruxelloise auront été approchés par l'ABP.

«Il subsiste néanmoins deux problématiques, souligne M.Kir. Il faut mettre en place un plan pour remplacer les corbeilles urbaines mais aussi améliorer la propreté aux abords des gares (Midi, Centrale, Luxembourg et Nord) et de certains métros car la malpropreté participe au sentiment d'insécurité. Il y a donc encore des efforts urgents à fournir», insiste le secrétaire d'Etat.

© La Libre Belgique 2006