Bruxelles La Commission de concertation suit les avis négatifs officiels et citoyens.

Nouvelle étape dans la saga autour du classement de la villa Dewin, encore appelée hôtel Danckaert, et de ses abords, témoins du patrimoine architectural d’Art déco bruxellois sis rue Meyerbeer. La Commission de concertation a rejeté unanimement le projet de la société gantoise Immograda qui prévoit 51 appartements répartis sur 6 niveaux et 67 parkings en 2 niveaux de sous-sol, en mitoyenneté directe avec la villa, classée en juillet dernier mais dont la partie du jardin d’origine n’a pas été prise en compte dans le classement. Ce qui entraîna l’abattage de 28 arbres centenaires et un impact irréversible sur le jardin classé ! Le Comité de quartier Meunier et les riverains menèrent la fronde contre ce projet au travers d’une pétition et d’une présence massive à la Commission de concertation le 29 novembre. Les opposants, soutenus par plusieurs experts, ont fait valoir que le projet défigurerait le quartier et la villa Dewin mitoyenne et entraînerait une perte écologique irremplaçable. Dès 2015, ils avaient soutenu la proposition de la Commission royale des monuments et des sites (CRMS) de classer ce patrimoine remarquable forestois.

L’hôtel Danckaert perdrait sa lisibilité

La Commission de concertation a suivi les arguments développés, démontrant que "le projet tel que présenté ne répond pas au bon aménagement des lieux". L’avis négatif rendu par la Commission - la commune de Forest, la direction régionale de l’Urbanisme, la direction des Monuments et des sites et Bruxelles-Environnement - est un signal fort mais la décision finale reviendra à la Région. Le Comité Meunier appelle les instances régionales à agir en cohérence avec la décision de classement et à tenir compte de l’avis du CRMS qui estime que "le projet appelle de nombreuses remarques tant au niveau urbanistique en ce qui concerne son impact sur la lisibilité de hôtel classé et de son jardin que sur son expression architecturale peu convaincante accentuant la rupture avec le tissu urbain existant".