Bruxelles

Les circonstances qui ont conduit à des coups de feu dans le quartier des Marolles sont peu claires.

La juge d’instruction en charge du dossier ouvert ce matin par le parquet de Bruxelles pour tentative d’assassinat a décidé de libérer sans inculpation L. C., un jeune homme né en 1997, en fin d’après-midi, indique une source judiciaire. Toutefois, l’inculpation éventuelle est réservée car le dossier est ouvert. En effet, les premiers éléments recueillis par l’enquête laissent à penser que l’auteur des coups de feu est en fuite, ce que confirme ce soir le parquet de Bruxelles. Selon la Dernière Heure, que le parquet n’était pas en possibilité de confirmer ce soir, l’homme ferait déjà l’objet d’un mandat d’arrêt belge et européen.

La magistrate instructrice a également attendu avant de prononcer une inculpation car plusieurs éléments semblent manquer. Ainsi, il y aurait incertitude sur l’endroit où l’arme à feu, un fusil, a été obtenu : une voiture ou un immeuble, tant les témoignages sont encore discordants. Par ailleurs, les victimes, qui sont deux frères, n’ont pas encore été auditionnées. Enfin, le mobile reste encore flou. Si le conflit sur fond de trafic de stupéfiants a été évoqué par des sources, il serait aussi question d’une vengeance pour des faits présumément commis la veille, dans le cadre d’une lutte entre deux bandes de jeunes des Marolles.

Me Thibaut Colin, qui défend le jeune homme interpellé dans la nuit de dimanche à lundi, fait savoir que son client, L. C., nie les faits qui lui étaient reprochés par le parquet. Des stupéfiants ainsi que du matériel de conditionnement (pacsons, balance de précision) ont été retrouvés dans la cave de l’immeuble où il séjourne, mais pas chez lui. Le jeune homme est toutefois déjà connu des services de police.

Dimanche soir, vers 23h15, deux jeunes hommes nés en 1992 et 1997 avaient été blessés par balle, l’un grièvement à la fesse et au bras, l’autre plus légèrement. Leurs jours ne sont plus en danger.