Bruxelles Son procès en correctionnelle pour tentative d’assassinat commence ce jeudi à Bruxelles.

Le procès d’Hicham Diop commence ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Ce quadragénaire, qui a poignardé deux policiers, à Schaerbeek, le 5 octobre 2016, devra répondre de tentative d’assassinat dans un contexte terroriste.

Armé d’un couteau, Hicham Diop s’était jeté sur un policier (en uniforme) et une policière (en civil) qui circulaient à Schaerbeek. Il a attaqué le policier - qui portait un gilet pare-balles - par-derrière et l’a frappé trois fois au cou. Puis, il a touché la policière, qui ne portait pas de gilet, à hauteur de l’abdomen. Les deux blessés avaient quitté l’hôpital le soir même.

"Tuez-moi !"

Une patrouille a pris Diop en chasse. Lors de son intervention, le prévenu, qui brandissait son couteau, a hurlé : "Tuez-moi!" Il est parvenu à attraper la matraque d’un des agents et lui a brisé le nez. Le collègue de celui-ci a tiré une balle dans la jambe de l’agresseur et l’avait ainsi neutralisé. Lors de son audition, Hicham Diop avait déclaré que l’attaque n’était pas un acte terroriste. Son geste était, selon ses avocats, à mettre en relation avec des faits remontant à 2011, lorsqu’il avait été renversé par un véhicule de la police fédérale.

Diop n’a pas émis de revendication lors de l’agression mais il a tenu des propos liés au terrorisme pendant son interrogatoire par la police. Il est connu des services de police pour ses contacts avec des extrémistes musulmans.

La chambre du conseil ne l’a pas renvoyé pour participation aux activités d’un groupe terroriste mais pour tentative d’assassinat et coups et blessures avec préméditation dans un contexte terroriste, infractions à la législation sur les armes et rébellion armée.

Hicham Diop a été militaire jusqu’en 2009. Il a aussi été champion de kick boxing et candidat aux élections régionales de 2004, à la 32e place de la liste du parti Citoyenneté et prospérité (PCP), d’inspiration islamique.