Bruxelles

La décision de classement de la villa - ou hôtel - Dewin et de son jardin à la rue Meyerbeer à Forest n’apaise pas les habitants du quartier à propos de la conservation de cette perle de l’Art déco à Bruxelles. Comme on l’a dit brièvement dans nos précédentes éditions, le gouvernement régional va entamer la procédure de classement de l’hôtel Danckart, situé rue Meyerbeer 29-33 à Forest et la partie de jardin située dans son prolongement.

Satisfaction politique…

La décision réjouit Rudi Vervoort et les autorités forestoises, le bourgmestre, Marc-Jean Ghyssels et l’échevin de l’Urbanisme, Jean-Claude Englebert. Pour rappel, c’est un hôtel de maître des années 1920 qui est dans un état de conservation exceptionnel. Il est l’œuvre de l’architecte Jean-Baptiste Dewin (1873- 1948).

En mai 2014, la Commission royale des Monuments et Sites proposa de classer l’hôtel de maître et son jardin. Le gouvernement bruxellois en a pris acte mais si le collège de Forest a émis un avis favorable sur le classement de l’hôtel, il a réservé son avis sur le classement du jardin "en raison du manque d’informations pertinentes".

La Direction des Monuments et Sites est allée plus loin : il apparaît que "le jardin, déjà morcelé par son propriétaire d’origine dans les années 1950, présente essentiellement un intérêt lié à l’environnement paysager qu’il constitue pour la villa et ce particulièrement à partir de la rue Meyerbeer".

Le gouvernement a décidé de protéger l’immeuble mais aussi une partie du jardin d’origine sise au 35 rue Meyerbeer. Cela permet de maintenir, à l’arrière-plan de la roseraie, une vue du jardin depuis l’espace public, telle que voulue à l’origine. Le déploiement si particulier de la propriété à front de la rue Meyerbeer serait ainsi maintenu. Le gouvernement ajoutait dans son communiqué que "la procédure de classement permettra par ailleurs la création de logements sur la rue de la Mutualité. Une demande de permis d’urbanisme portant sur la construction d’une cinquantaine de logements a en effet été introduite à la Région."

… crainte des riverains

C’est là que ça coince… Le comité du quartier Meunier se réjouit du classement mais regrette que la proposition initiale de la Commission des Monuments et Sites de classer l’entièreté du jardin n’ait pas été suivie : "La décision porte sur la totalité de la villa et une partie du jardin située dans le prolongement de l’immeuble, soit seulement la moitié du jardin d’origine. Une zone de protection est cependant prévue autour de la zone classée. Au cours des 12 derniers mois, la villa, son jardin et la parcelle voisine du 35 rue Meyerbeer ont été acquis par un promoteur, les parcelles ont été remembrées et redistribuées, la villa revendue, et une demande de permis déposée à la Région pour la construction d’un immeuble de plus de 50 appartements et 80 emplacements de parking au sein même du jardin originel et en mitoyenneté directe avec la villa." Et de se dire très étonné "de lire que le ministre-Président a déclaré que cette décision de protéger le jardin sur sa partie historique permettra également d’envisager un projet de logements le long de la rue de la Mutualité. Il serait contradictoire que, d’une part, cet ensemble exceptionnel et étonnamment préservé soit protégé par une mesure de classement et que d’autre part, dans le cadre d’une demande de permis d’urbanisme, l’on permette que soit défiguré dans un futur très proche le contexte environnemental de l’œuvre qui lui donne toute sa valeur historique, artistique et esthétique." En outre, le projet prévoit l’abattage de la plupart des arbres du jardin.Christian Laporte