Ils étaient en Minervois en 1940

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Les lecteurs de "La Libre" qui aiment l’Histoire de la Belgique se souviendront certainement de l’appel que nous avions lancé en mai de l’an dernier : "Etiez-vous dans le Minervois en 1940 ?" Relayant l’appel du Cercle Histoire et Généalogie en Minervois, nous permîmes à ce dernier de compléter quelques pièces d’un puzzle ô combien passionnant : des cerises (mai) aux vendanges (octobre) de l’an qui ne fut pas vraiment de grâce 1940, des centaines de Belges, militaires comme civils, des réfugiés aussi, furent accueillis sur place dans les conditions difficiles du temps de guerre, encore augmentées par l’hostilité suscitée par le président du Conseil Paul Reynaud qui avait dénoncé la capitulation de l’armée belge pour masquer les incertitudes de l’armée française. Et pourtant, le courant passa exceptionnellement bien entre Belges et Français.

Complétant le travail d’investigation d’une équipe d’historiens locaux hyperpassionnés sous la conduite d’une femme non moins exceptionnelle, Bernadette Chaix, notre entremise avait permis de compléter certaines zones d’ombres mais avait aussi fait venir en juin 2010 en terre minervoise, d’autres familles d’ici. Ce qui permit de fêter dignement le 70e anniversaire de l’aventure. Il fallait de toute évidence un "match-retour" : il se déroule depuis mercredi dernier à la Maison du Minervois qui se trouve au 9 de la rue de Rollebeek, au Sablon. Après avoir réalisé un travail historique de qualité académique, il s’imposait que l’équipe de Bernadette Chaix vienne montrer chez nous comment à l’entame de la Seconde Guerre et malgré les appels à l’exclusion parfois très officiels, des Belges et des Français avaient appris à se connaître, à s’entraider et puis à s’apprécier sans mesure.

L’autre soir, pour le vernissage de l’expo, la Maison du Minervois fut bien trop petite ! D’autant plus que nombre de descendants des familles de l’époque avaient tenu à être présents. Ce qui eut pour effet de mettre encore plus Bernadette Chaix en verve qui, au terme d’un vibrant discours, lança un : "Vive la Belgique unie et fraternelle, vive la France !" qui émut les invités mais aussi l’ambassadrice Michèle Boccoz. Cette dernière permettra à l’exposition de poursuivre sa tournée en Belgique au Lycée français d’Uccle mais aussi à ceux d’Anvers et de Bruges. Mais il y a mieux : d’ores et déjà avec certains des promoteurs de l’initiative, l’ambassadrice est prête à tout mettre en œuvre pour que ce jumelage exceptionnel soit encore mieux évoqué à l’occasion de son 75e anniversaire en 2015

Rens. : 0493.63.40.03 ou 02.611.60.34.

Publicité clickBoxBanner