Bruxelles

Pour les Verts, la commune ne cadre pas suffisamment les promoteurs immobiliers. Ils dressent un inventaire de bâtiments rasés sous cette législature.

"Ces dernières décennies, nous n’avions plus assisté à une telle destruction massive et systématique du patrimoine architectural historique", déplorent Yves Rouyet, Audrey Lhoest et Nora Bednarski, candidats Ecolo-Groen à Ixelles aux prochaines élections. "La commune ne cadre pas les promoteurs, elle ne protège et ne respecte rien : ni l’art nouveau, ni le néoclassicisme, ni l’art déco, ni le modernisme. Quand les immeubles ne sont pas purement et simplement rasés, on assiste au grand retour du façadisme… A tel point qu’on ne parle plus désormais de “Bruxellisation” mais “d’Ixellisation”"

Afin d'appuyer leurs propos, les Verts ont dressé un petit inventaire de bâtiments rasés sous cette législature :

  • Chaussée d’Ixelles 63, cet immeuble réalisé par l'architecte Ernest Delune en 1923 a été détruit en mai 2017. Seule la façade a été conservée

Les bâtiments rasés
© DR

Les bâtiments rasés
© DR

  • Rue du Prince Albert 30-36 (site Solvay). Cet immeuble néoclassique datant de 1891 a été détruit en mai 2017.

Les bâtiments rasés
© DR

Les bâtiments rasés
© DR

  • Rue du Trône 125, 129 et 131. Ces trois maisons néoclassiques datant de 1858 ont été détruites en juin 2016

Les bâtiments rasés
© DR

Les bâtiments rasés
© DR

  • Chaussée de Waterloo 567, l'ancienne patinoire finalement sauvée : "La commune avait rendu un avis favorable en commission de concertation pour la démolition de l'ancienne patinoire Royal Rinking datant de 1907. Suite à la pression des habitants, la commune a changé d’avis. La patinoire est provisoirement sauvée en juin 2018", affirme Yves Rouyet.
L'ancienne patinoire
© DR

La section locale propose une batterie de mesures afin d'enrayer le phénomène. "Il faut faire passer le message clair aux promoteurs qu'on on ne casse plus rien ! On part des richesses du bâti existant pour imaginer un projet. Il faut préserver les ensembles remarquables (Etangs d’Ixelles, Louis Lepoutre – Berkendael, Saint-Boniface, etc.) et sauver le petit patrimoine (portes, châssis, vitraux, sgraffites…). De plus, il convient de former les jeunes aux métiers de la restauration, de préserver les alignements de rues néoclassiques et de valoriser les richesses et l’histoire d’Ixelles (brochures, visites, site web, appli…)", conclut Yves Rouyet.

Contactée, Viviane Teitelbaum (MR), échevine de l'Urbanisme depuis mai 2017, précise que plus aucun immeuble remarquable n'a été démoli depuis sa prise de fonction. "Nous avons en outre finalement demandé le classement de la patinoire dans l'ancien Delhaize. Lors de chaque commission de concertation, nous entretenons un dialogue très constructif avec la Région et l'on se rejoint sur le patrimoine remarquable menacé par des projets immobiliers et qu'il convient de préserver", a-t-elle commenté.