Bruxelles

Le Messie de Haendel, œuvre majeure de la musique baroque, écrit à Londres en 1741 dans une fièvre créatrice en 25 jours seulement. Comme l’expliquent les spécialistes, il mêle l’écriture ample et vive des oratorios allemands avec celui de différentes traditions de l’opéra italien, pour traduire l’intensité du regard méditatif sur l’attente, la Naissance, la Passion, la Résurrection du Christ où s’y entrecroisent les textes des Ecritures de l’Ancien et du Nouveau Testament, selon le livret de Charles Jennens…

Créé au Music Hall de Dublin le 13 avril 1742, cet opéra sacré sans costume et mis en scène connut un accueil enthousiaste du public qui se poursuit toujours à chacune de ses interprétations. Précision : l’œuvre composée en anglais à Londres l’a aussi été en allemand en Autriche et en Allemagne. C’est cette version originale qui a été choisie par la chorale Andantino et son chef de chœur Samir Bendimered, considérant que le compositeur y avait gardé sous-jacente l’influence de sa langue maternelle et comme le fait remarquer l’une des choristes la force d’expression y paraît plus intense. L’œuvre sera interprétée avec les solistes Hannah Bardos Feltoronyi, Hamich Tachfin, Kobe Baeyens, Henk Cornil et le Molenbeek Chamber Orchestra.

Le "Messie" de Haendel fut créé pour une œuvre de charité… La chorale Andantino l’interprétera pour l’ASBL Hoop qui accorde à de jeunes Palestiniens des bourses d’étude représentant 80 % de leur minerval pour poursuivre leurs études en Palestine. En tout, cent étudiants ont déjà été formés, trente le sont actuellement dont pour la moitié des filles.