Bruxelles Les heureux élus étaient l’école de l’Allée Verte.

"J’attends Kompany, j’ai hâte de le voir, mais je suis stressée, je me sens toute bizarre", nous confie Salsabil, huit ans, chargée de l’accueil de deux célèbres Diables Rouges à l’entrée de son école, l’Allée Verte. Ce matin, les élèves de cet établissement communal accueillaient dans une ambiance euphorique les deux joueurs Vincent Kompany et Nacer Chadli. Pour leur venue, la cour de récréation décorée des couleurs nationales était remplie d’enfants de la première à la sixième primaire, chantant, criant, et sautant pour faire honneur à leurs invités.

Si cette école est la seule à Bruxelles, elle fait partie des dix établissements belges à avoir remporté le concours des écoles endiablées. Lancée en mars dernier par les Diables Rouges et OufTivi, chaîne jeunesse de la RTBF, cette campagne avait comme fil rouge la promotion des Familles d’accueil, les services de placement familial à moyen et long terme pour enfants en difficulté dans tout le pays. A la clé ? Une visite officielle des Diables Rouges dans la cour de récréation, avec au programme : matchs de foot, signatures d’autographes, photos, selfies, etc.

"Ce sont les services francophones et néerlandophones qui accompagnent les familles d’accueil qui ont introduit un projet à l’Union du football, pour que les Diables Rouges nous aident à trouver des nouvelles familles d’accueil", explique Xavier Verstappen, directeur de la fédération des services de placement familial. "Les Diables ont ensuite proposé aux écoles d’être partenaire de la promotion des familles d’accueil, expliquer ce que c’est, etc. C’est important que le concept de famille d’accueil ait une visibilité, quand on sait qu’il y a encore 600 enfants en Belgique qui attendent une famille."

Dès le lancement de la campagne, cinq professeurs de l’école communale de l’Allée Verte ont décidé d’y faire participer leur classe de deuxième et sixième primaires. "Nos élèves ont tout de suite été emballés. Au-delà de la récompense, ils ont tous été très sensibles au thème, et les plus grands ont entraîné les plus petits en leur expliquant la problématique", explique Samira Nadi, prof en deuxième primaire. Une fois le thème expliqué aux grands comme aux petits, le groupe de participants se lance dans la réalisation d’un clip vidéo sur la chanson "Prendre un enfant par la main" des Kids United, l’idée venant d’un élève de sixième. "On a appris qu’on avait gagné et on était très fiers parce qu’on s’est vraiment impliqués. Et depuis deux semaines on prépare la venue des Diables avec une grande excitation, c’est l’aboutissement de notre projet", conclut l’institutrice.

De retour dans le quartier de son enfance, Vincent Kompany, entouré d’une nuée d’enfants et signant des autographes dans tous les sens, se souvient : "J’ai grandi ici dans les années 1980-1990, et ce que les petits ne réalisent pas c’est qu’il y a vingt ans, c’était impossible de voir une école qui supportait l’équipe nationale belge. J’arrive aujourd’hui, et je vois des jeunes qui sont fiers d’accueillir les Diables, ça n’existait pas quand j’étais petit."

Si l’ancien capitaine des rouges n’a pas pu jouer les matchs de foot prévus avec les élèves à cause de sa blessure, il s’exprime finalement sur son état de santé qui inquiète les supporters. "Je me sens bien, je suis positif, je travaille. J’ai un objectif que je me suis fixé et pour l’instant tout se passe bien. Je suis légèrement blessé, mais ça n’a pas d’importance. Je continue à préparer la Coupe du monde avec la même attitude. Je ne suis peut-être pas le plus réaliste mais je veux commencer le championnat du monde pour devenir champion du monde."