Kraainem-Unie, vraie liste bilingue

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Les élections communales seront très ouvertes à Kraainem.

L’on sait que l’union francophone qui bénéficiait surtout au FDF et qui ne plaisait guère au CDH - qui dans l’interminable carrousel de la nomination des bourgmestres perdait de fait, il est vrai, un poste d’échevin tant qu’Arnold d’Oreye de Lantremange n’était pas nommé - a vécu puisqu’il y aura une liste du bourgmestre à ossature FDF et une autre réunie bâtie autour du CDH et du MR.

Face à ces listes francophones, il y aura la liste d’union flamande "Open".

Mais les électeurs kraainemois auront aussi la possibilité de voter pour une liste résolument bilingue. Le 15 janvier dernier, un groupe d’habitants de tous bords et de toutes origines annonçait la naissance de Kraainem-Unie.

A la base de cette initiative, on trouvait notamment le général-major en retraite José Michaux ou encore Peggy Cortois, fille de l’ancien bourgmestre Open VLD de Vilvorde et mère de Lora Nivesse, vice-présidente nationale des Jeunes MR qui est bien connue aussi pour son combat à la tête de l’Union belge contre les nuisances des avions. Puis il y avait Bertrand Waucquez, un des initiateurs du rapprochement des petites formations belgicaines au sein de Belg-Unie. Et enfin, Carel Edwards, un Anglo-néerlandais qui a fait sa carrière à la Fondation européenne de la culture et à l’Union européenne comme coordinateur de la politique anti-drogues. La vocation du mouvement lancé en vue des élections du 14 octobre était de promouvoir la bonne entente entre les différentes communautés linguistiques de la commune.

"La fin de la guerre communautaire, expliquent ses initiateurs, nous était en effet apparue comme une condition sine qua non pour redonner aux dossiers qui intéressent véritablement les Kraainemois toute l’importance qu’ils méritent." Et de citer pêle-mêle : "la gestion des finances de la commune, les inondations récurrentes dans le bas de Kraainem, la programmation des travaux publics, la mise en place de projets environnementaux novateurs, la lutte contre les nuisances sonores et autres."

Un peu plus de six mois plus tard, Kraainem-Unie, qui a eu moult contacts avec les formations locales, a décidé de présenter sa propre liste le 14 octobre. Une liste multilingue qui reposera sur son manifeste qui reprend non seulement une série de points de gestion très concrets pour la population de Kraainem mais qui insiste aussi particulièrement sur la paix communautaire ainsi que sur la multiculturalité et sur le multilinguisme. Ce n’est pas un hasard non plus si l’on y évoque aussi le "respect et l’empathie entre communautés" et "l’égalité des citoyens"...

Kraainem-Unie "se réjouit par avance des actions que ses élus pourront mener afin de permettre aux Kraainemois de connaître le véritable renouveau auxquels ils aspirent". La liste sera conduite par Bertrand Waucquez, suivi de Marie-France Constant et de Carel Edwards, trois membres fondateurs de Kraainem-Unie à propos desquels l’on nous précise qu’ils sont "très à l’aise en français et en néerlandais"...

Publicité clickBoxBanner