Bruxelles Le projet immobilier ne passe pas alors que le classement gagne du terrain…

Une certitude : le grand projet immobilier qui faisait table rase du Royal Ranking, la patinoire historique d’Adrien Delune sur le site de l’ancien Delhaize de la chaussée de Waterloo, ne se fera pas comme prévu à Ixelles. On s’y attendait mais il fallait que les différentes concertations se fassent.

Suite aux nombreuses interventions de la mobilisation citoyenne "Un îlot un quartier", la commission de concertation d’Ixelles a donc demandé l’avis de la Commission royale des monuments et des sites. Celle-ci devait remettre son avis le 30 mai dernier après entretemps encore un débat au conseil communal avec une interpellation de Julie de Groote (CDH).

Le jour d’anniversaire du D-Day aura surtout été celui du débarquement du méga-projet puisque la commission de concertation a remis un avis défavorable au projet immobilier de Besix RED alors que la Région bruxelloise s’est abstenue.

Et dans la foulée, le collège de la commune d’Ixelles a demandé le classement de l’ancien lieu de divertissement.

Conséquence : la balle est désormais dans le camp de la Région de Bruxelles-Capitale qui devra se prononcer sur la demande de classement et sur la demande de permis d’urbanisme de Besix RED.

Il est rapidement apparu lors de la commission de concertation qu’une majorité était opposée au vaste projet immobilier prévu sur le site de l’ex-Delhaize et, surtout, de l’ancienne patinoire Royal Ranking.

Déjà repris à l’Inventaire visuel

L’exécutif local ixellois a maintenu son avis défavorable et la Région s’est abstenue. Parallèlement à cela la collège a décidé de déposer une demande de classement étant donné que le bien est repris à l’Inventaire visuel de l’architecture industrielle à Bruxelles, et que la charpente métallique typique de l’architecture industrielle est sauvegardée et sans doute aussi les colonnes métalliques.

La Commission royale des monuments et des sites n’a pas manqué de déplorer que le site ait déjà été fortement altéré mais, par bonheur et en même temps, certains éléments significatifs ont pu être sauvés.

Une situation qui a évidemment influencé aussi la décision du collège d’Ixelles.

Revoir le projet pour mieux l’intégrer

Pour l’échevin de l’Urbanisme, Viviane Teitelbaum, "il est essentiel de redéfinir la composition du projet qui est surdimensionné et surdensifié. Une nouvelle réflexion doit être initiée pour aboutir à un projet où l’architecture est mieux intégrée dans le quartier et le cas échéant respecte certains éléments qui pourraient être classés".