Bruxelles

Problème qui surgit régulièrement, la pénurie de logements pour étudiants (les bons vieux kots) demeure aiguë. L’Université libre de Bruxelles a du mal à satisfaire la demande. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir construit à tout-va ces dernières années, alors que le nombre d’étudiants est passé de 14 000 en 1990 à 25 000 cette année. De 700 à l’époque, les kots installés sur les campus soit par l’université, soit par le privé sont désormais 1 650.

"Et la volonté de l’ULB est de plus que doubler cette offre d’ici 2017 , précise le président du conseil d’administration de l’ULB, Alain Delchambre. Et ce, sans compter les logements proposés par les particuliers et gérés par notre office du logement. On devrait donc d’ici cinq ans être en mesure de pouvoir offrir des logements de qualité en suffisance, répondant au label Azur de Qualitypro."

Un colloque fut d’ailleurs organisé par l’ULB en décembre rassemblant des acteurs publics mais aussi des promoteurs immobiliers. "Nous avons attiré l’attention sur l’importance de la mixité des bâtiments. L’aspect intergénérationnel est primordial. Et les projets ont tendance à se multiplier."

Sur ses propres terrains, l’ULB tente de convertir des surfaces foncières disponibles sur le campus Erasme afin de les affecter au logement. "On devrait avoir entre 600 et 700 kots supplémentaires sur ce campus qui n’en dispose vraiment pas assez. L’ULB ne peut rien sans l’aide des pouvoirs publics et le fait que Christos Doulkeridis ait débloqué des fonds pour la réalisation par la SDRB de 300 logements mixtes au Ceria est une très bonne chose. La Plaine aussi verra la création par Eckelmans de 300 chambres supplémentaires."

La critique souvent évoquée concerne les loyers des kots. "La hausse de leur nombre entraînera une diminution des prix, juge Alain Delchambre. Nous allons de toute façon affecter à 25 % du nouveau parc immobilier des prix réduits pour les boursiers. Certains projets externes, comme Patrimonia - plus de 300 logements privés pour des étudiants - seront aussi loués à un prix avantageux. Pour la rentrée 2012, les anciens bâtiments du home Van Aa, à Ixelles, proposeront 120 chambres rénovées. Enfin, il existe encore plusieurs possibilités chez l’habitant, ainsi que des projets de logement intergénérationnel."