Bruxelles " Ce qu'a fait cette journaliste est impardonnable".

Au début de la semaine, une vidéo montrait Françoise Schepmans (MR), la bourgmestre de Molenbeek, prise au piège par Katie Hopkins, une chroniqueuse anglaise qui a droit de cité sur la chaîne Fox News et est connue pour ses propos antimusulmans. Mardi, cette dernière a refait parler d’elle en postant une photo de l’incendie qui a ravagé un entrepôt à Koekelberg en le faisant passer pour un acte intentionnel douteux, au premier jour du ramadan (qui ne commençait en réalité que le lendemain) et en profitant pour qualifier Molenbeek de "capitale européenne du djihadisme". Ce tweet rempli de fake news a été l’élément déclencheur pour la commune qui a décidé de se constituer partie civile et de porter plainte contre la chroniqueuse.

Pourquoi avez-vous décidé de porter plainte ?

"C’est impardonnable. Dans ses propos, il y a une réelle volonté de casser Molenbeek. Dans la vidéo qu’elle a faite de moi, elle cassait déjà la commune, mais à travers moi. Mais dans le tweet qu’elle a diffusé, elle présente une image tronquée de Molenbeek en la présentant comme la capitale européenne du djihadisme. Ce sont tous les habitants qu’elle attaque et on ne peut pas continuer à laisser faire cela."

Vous en avez marre du bashing que subit Molenbeek ?

"Oui. Depuis les attentats, on travaille vraiment dur pour donner une image positive de la commune à travers plusieurs actions. On met l’accent sur les activités du Karreveld, sur la Maison des cultures, le Mima, Molengeek, les infrastructures sportives, les Molenbeekois de l’année, et bien d’autres choses encore. Molenbeek reste très présente dans les médias anglo-saxons et souvent d’une manière très négative. Mais la démarche de cette chroniqueuse est très populiste et va uniquement dans le sens de ses téléspectateurs."

Vous étiez au courant que vous étiez filmée ?

"Non, pas du tout. Cela m’arrive souvent d’être abordée dans la rue par des personnes qui veulent parler de la commune mais c’est souvent d’une manière positive. Ils viennent pour s’intéresser et voir ce qu’il en est en réalité. Elle était assise sur un banc et je n’ai jamais pensé qu’elle était journaliste. Mais elle me parlait toujours de la même chose et je lui ai donné les mêmes explications plusieurs fois, donc cela m’a énervée et je suis partie."

Vous allez donc porter plainte pourquoi ?

"Pour calomnie. Contre ses propos extrêmement graves. Nous en informerons Fox News. La décision de cette plainte doit encore passer en collège vendredi mais je n’ai pas de doute sur le fait que nous serons tous du même avis pour prendre cette décision."