La criminalité explose à Bruxelles

Nathan Gonze Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Une enquête de nos confrères de La Dernière Heure dresse une liste des chiffres, peu enviables, de la criminalité à Bruxelles.

Selon la DH, la criminalité à Bruxelles est loin d’amorcer une baisse, comme en témoigne le nombre d’infractions commises en 2011 dans le Pentagone (le centre), le quartier européen et le quartier Louise. Une augmentation des infractions de 14,33 % entre 2010 et 2011, c’est ce qui ressort d’un document préparatoire de la police de Bruxelles-Ixelles destiné à servir de base au rapport d’activité 2011 de la zone. Rapport qui aurait dû paraître en juin et qui, au dire de certains, a été retardé pour des raisons électorales (lire la réaction ci-dessous).

Des chiffres plus qu’interpellants qui concernent les coups et blessures, le vandalisme, les vols à la tire, les vols à l’aide de violences, les cambriolages et les vols de et dans les voitures. D’autant qu’au dire de certains, les six premiers mois de 2012 ne sont guère plus réjouissants (lire ci-dessous).

Les alentours de la Grand-Place

La Grand-Place et ses alentours ainsi que la rue Neuve et la place du Sablon se taillent la part du lion. À elles seules, cette division de police concentre 39 % des infractions constatées dans tout le district. Et en 2011, la criminalité y est en augmentation par rapport à 2010. 771 faits supplémentaires ont été rapportés, soit une augmentation de 16,7 % dans ce qu’on appelle l’hypercentre bruxellois.

À noter que le fléau de ce secteur est le vol à la tire avec 38,61 % de l’ensemble des infractions commises. Ce type de criminalité se concentre à 68,5 % dans les alentours de la Grand-Place, surtout le week-end (64,5 %). Les mois où les pickpockets travaillent le plus sont, sans surprise, décembre et janvier, lorsque le marché de Noël draine la foule.

Fait inquiétant, les arrestations de voleurs à la tire sont passées de 213 en 2010 à seulement 126 en 2011. Soit une diminution de 59 % !

Autre fait de criminalité qui empoisonne le centre-ville : les vols dans les véhicules. Ils représentent 17,75 % de l’ensemble des infractions. Suivis des vols avec violences (11,92 %).

Les alentours de l’avenue Louise

Avenues Louise et Franklin Roosevelt, la criminalité a fait un bond étonnant de 267 délits supplémentaires entre 2010 et 2011, soit une augmentation de 29 % . Encore une fois, la criminalité la plus importante concerne les vols dans les véhicules, soit près d’un tiers de la criminalité totale.

Le quartier doit également faire face à un nombre de cambriolages important (24,16 %). À noter que les malfrats sévissent surtout le week-end pour ces deux types de criminalité.

Le quartier européen

Avec ses 905 faits en 2011, le quartier européen reste relativement calme (à titre de comparaison, le centre formé par la Grand-Place, le Sablon, la rue Neuve en compte 5.379). Les problèmes essentiels sont dans les zones résidentielles, les vols dans les habitations et les véhicules (84 %).

Anneessens

Dans les quartiers Anneessens et Vieux Marché (marché aux puces), si les vols dans les véhicules tiennent une place importante (990 cas sur 2.578, soit 38,4 %), les vols avec violences occupent une deuxième place inquiétante (17 %). D’autant que deux faits sur trois sont commis à Anneessens qui n’usurpe manifestement pas sa réputation. À noter que la police a arrêté 11,5 % des auteurs de ces agressions et que 74 % de ces arrestations ont débouché sur une mise à disposition du parquet.

Autour du Parc Royal

Dans les quartiers Parc, Montoyer et Notre-Dame des Neiges, il y a eu 1.442 faits de criminalités recensés en 2011. Encore une fois, ce sont les vols dans les véhicules qui détiennent la palme et de loin avec 635 faits (44 %). Si les alentours du parc royal se sont attiré une triste réputation dans les coups et blessures (55 %) et les vols à la tire (67 %) par rapport aux deux autres quartiers, c’est Notre-Dame des Neiges qui détient le pompon en matière de cambriolages (51 %) et des vols dans les véhicules (40 %).

Publicité clickBoxBanner