Bruxelles

L

a frite fait partie intégrante de notre image à l’étranger. Mais elle constitue également un élément indissociable du folklore bruxellois." Il était donc tout naturel de remettre le couvert et de relancer, pour la deuxième année consécutive, la Semaine de la frite, estime Benoît Cerexhe (CDH), ministre de l’Economie de la région bruxelloise.

Organisé par l’Unafri (Union nationale des frituristes) et financé par la région bruxelloise (10 000 euros), l’événement prendra place dans les trois régions du pays du 28 novembre au 4 décembre. "Contrairement à ce qui se passe sur la scène nationale, la semaine de la frite devrait être un exemple de négociation. Il ne nous a pas fallu des centaines de réunions nocturnes pour nous mettre d’accord sur la date" , plaisante Bernard Lefèvre, président de l’Unafri. Pour l’occasion, l’organisation lance dans la capitale une nouvelle sauce, en hommage à l’Atomium : l’atomiam. Les amateurs de frites pourront la goûter dans les 29 friteries participantes.

Et l’on sait qu’ils sont nombreux puisque 90 % des Belges affirment manger une portion de frites de manière hebdomadaire, selon une enquête de l’Unafri.