Bruxelles Des commerçants de la place, de la rue Lesbroussart et de la chaussée d’Ixelles dénoncent.

Installer davantage de poubelles, créer des toilettes publiques pour les hommes et les femmes ou encore envisager l’installation de pissotières dans des rues reculées de la place, voilà quelques idées qui émanent de l’association des commerçants et des acteurs culturels du quartier Flagey (C&C Flagey) qui a été créée il y a un peu plus d’un an. Les membres dénoncent un manque criant de propreté et proposent des solutions pour remédier au problème.

Parmi leurs griefs, ils déplorent plusieurs oublis de ramassage de leurs poubelles. "Les camions oublient régulièrement la rue Lesbroussart et la chaussée d’Ixelles. Au début de l’été, nous avons donc mené une action avec plusieurs commerçants pour déposer toutes nos poubelles sur la place Flagey. Et 30 minutes plus tard un camion de Bruxelles Propreté est arrivé pour tout ramasser. Mais ils se sont contentés de prendre ce qu’on avait descendu sur la place et pas ce qu’il y avait dans la rue", explique Liza, la présidente de l’association.

Contact impossible

Du côté de Bruxelles Propreté, on explique que "ce qui peut arriver, c’est qu’un intérimaire oublie de passer à un endroit lors d’une tournée", mais "cela n’est pas fréquent". De plus "avec les travaux qui se déroulent actuellement dans la rue Lesbroussart, il est impossible de passer dans la rue avec notre camion, donc on demande aux commerçants de descendre leurs poubelles à différents points où le camion peut passer. Si les commerçants ont un problème, ils peuvent nous contacter sans soucis pour le signaler et on peut alors procéder à un rattrapage. Mais on essaye d’agir le plus vite possible afin de ne pas laisser des sacs traîner dans la rue", continue l’organisme régional.

Mais ce que les commerçants dénoncent aussi, c’est la saleté provoquée par les personnes qui traînent dans la rue. "Ils font leurs besoins n’importe où. J’ai un bar dans la chaussée d’Ixelles et souvent ils viennent se soulager dans l’entrée. Nous avons demandé des toilettes publiques à la commune mais elle n’avait pas l’air d’accord", explique encore Liza. Selon elle, les autorités communales avaient cependant envisagé l’installation de WC mobiles lors d’événements publics mais pour le moment, rien n’a encore pu être réalisé, faute de budget.

Autre demande spécifique : l’installation de cendriers urbains. "On met des amendes quand on jette son mégot par terre, mais il n’y a pas un seul cendrier urbain", reproche la présidente de l’association. Une solution serait également d’installer davantage de poubelles autour de la place. "Il n’y en a qu’aux quatre coins. Le mieux, selon nous, serait d’en installer à côté de chaque banc", poursuit Liza.

Malheureusement, malgré nos tentatives répétées, il nous a été impossible d’entrer en contact avec la commune afin d’avoir des informations sur les solutions envisagées pour améliorer la propreté de la place.