Bruxelles

Au centre de l'Europe et de son réseau ferroviaire, la gare de Bruxelles-Midi est épinglée de manière critique par Arcadis. Ce bureau néerlandais de conception et de conseil place le site bruxellois en 20ème position d'un classement comptant 27 gares à travers le monde. Celles-ci ont été choisies car elles constituent d'importantes plateformes de correspondance.

Arcadis aligne quatre critères pour effectuer sa comparaison. La connectivité, l'environnement urbain, les facteurs sociaux et le développement économique représentent les bases du rapport MODe (mobility oriented development), dont le Terminal Grand Central de New York est le grand gagnant.

© ARCADIS

1) Connectivité

Pour ce qui est de la connectivité, la gare belge n'a rien à envier à ses concurrentes. Etant situé au coeur de l'Europe, le centre ferroviaire offre à ses usagers des correspondances de choix. Troisième sur le podium, Bruxelles-Midi suit de près la Gare Centrale de Rotterdam et la Hong Kong HKU station. Ce point se base sur trois critères principaux que sont les services, la proximité ou encore la qualité de transit.

© ARCADIS

2) Environnement urbain

Etudié à partir de la forme urbaine de l'environnement et de son développement, ce critère analyse notamment la densité d'une zone ou la qualité de son espace public. Au-delà de la gare comme simple espace de transit que salue le premier point, l'entité est vue à travers ses aménagements. Le quartier de la gare est salué pour ses prix de l'immobilier bas. Cependant, le développement urbain englobant la gare fait dégringoler Bruxelles-Midi dans le classement.

© ARCADIS

3) Facteurs sociaux

Le 3ème critère évalué est relatif aux facteurs sociaux, dans lesquels sont reprises la qualité de l'espace public, la variété des services publics dans la zone de transit ou la sécurité. La gare et ses environs se trouvent en avant-dernière position. La mauvaise élève doit principalement cette place aux facteurs de sûreté et de sécurité et devance de peu la London Euston Station.

© ARCADIS


4) Développement économique

Le quatrième point, portant sur le développement économique, voit Bruxelles-Midi se placer en 17ème position. La gare peut être le lieu de départ d'un mouvement de prospérité plus grand, selon Arcadis. Une nouvelle valorisation des lieux de transit anticiperait des nouvelles formes de mobilité, réduisant l'usage de la voiture et favorisant la marche et l'usage des vélos.

© ARCADIS

"Un potentiel inexploité"

Pour Piet Kiekens, expert en développement urbain chez Arcadis, "il est temps de métamorphoser Bruxelles-Midi. En tant que lieu d’arrivée des voyageurs étrangers, la gare devrait être une carte de visite pour la Belgique. À l’heure actuelle, le potentiel reste en grande partie inexploité. La gare et ses abords directs ne sont pas suffisamment considérés comme un quartier accueillant pour les voyageurs et les passants et une vision urbanistique et architecturale pour l’ensemble fait défaut".

Exemple pourrait être pris sur la ligne reliant Liège à Bruxelles, en passant par Louvain. Bas Bollinger, travaillant chez Arcadis sur la question du trafic ferroviaire mondial et du transport urbain, y voit des pistes : "Des cas comme Liège-Guillemins ou Louvain démontrent qu’un réaménagement du quartier de la gare peut entraîner les environs dans une spirale positive. Cela incite les gens à vouloir y habiter, travailler, voyager et étudier sans être dépendants d’une voiture".