Bruxelles

Le cabinet du ministre régional de la Mobilité et des Travaux public Pascal Smet a rappelé samedi la position actuelle du gouvernement bruxellois concernant la rénovation des tunnels de la capitale. Il a ainsi été décidé en décembre de rénover le tunnel Léopold II. Marc Debont, porte-parole du cabinet, ajoute qu'un masterplan est en cours pour procéder à l'évaluation de l'état de l'ensemble des tunnels à Bruxelles. Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité, précise que cette évaluation a été initiée en novembre, à la suite de la chute d'un micro-bloc de béton sur un véhicule dans le tunnel Rogier. Les inspections en cours visent à se prémunir contre d'éventuels accidents similaires. Elles portent principalement sur l'état des plafonds, sur base d'analyses par décapages et sondages. A l'issue de ces évaluations, Bruxelles-Mobilité mettra à jour son plan pluriannuel d'investissement.

Cette mise au point sur le positionnement du gouvernement bruxellois fait suite à l'invitation vendredi de l'Atelier de Recherche et d'Action urbaines (ARAU) à ne pas procéder à la rénovation coûteuse du tunnel Léopold II.

Le MR a rappelé samedi sa ferme opposition à toute fermeture à Bruxelles. Le député bruxellois Boris Dilliès (MR) déposera la semaine prochaine une nouvelle proposition concernant les tunnels de la Région. Pour sa part, le parti Ecolo a rappelé samedi son souhait de voir une alternative "au tout au souterrain". La députée bruxelloise Céline Delforge annonce qu'elle déposera une proposition de résolution en ce sens. "Les 650 millions que nous coûterait la rénovation des tunnels bruxellois doivent être investis dans des sites propres et des espaces publics requalifiés plutôt qu'engloutis dans des solutions éculées qui n'ont d'autres conséquences que d'aspirer les voitures au coeur de notre ville", préconise Arnaud Pinxteren, député bruxellois et secrétaire politique Ecolo Bruxelles.