Bruxelles

Les habitants de la rue Robert Scott à Uccle sont sous le choc : ils savaient certes qu’une série d’arbres de leur artère étaient en sursis mais c’est le moment choisi pour les abattre qui les trouble. "Comme c’est souvent le cas dans le secteur urbanistique au niveau des pouvoirs publics en Belgique, on prend le citoyen par traîtrise et on choisit le beau milieu de la trêve des confiseurs (la dernière semaine de l’année), moment où la plupart des habitants sont ‘débranchés’ (soit en congé, soit en train de préparer les fêtes) pour les mettre devant le (mé)fait accompli." Dans une lettre ouverte au collège ucclois dont une copie a atterri à "La Libre", l’un d’eux, André Buyse, ne tourne pas autour du pot, rappelant qu’à l’initiative de Jean-Marie Pierrard, l’âme du CHAFUE (Cercle d’Histoire, d’Archéologie et de Folklore d’Uccle et environs) qui est domicilié rue Robert Scott, une pétition leur fut adressée, demandant de ne pas passer à l’acte car ces arbres d’alignement ne sont pas si vieux.

Ni vieux, ni malades…

Qui plus est, des experts botanistes les ont jugés parfaitement sains. La quasi-totalité des habitants de la rue qui l’ont signé sont persuadés que la décision arbitraire de l’abattage des 34 arbres de leur artère n’est qu’un prétexte pour "recaser" une série de jeunes arbres commandés voici un an pour l’avenue voisine Arnold Delvaux. Des arbres cependant non plantés puisque là on a maintenu les vieux saules de l’artère. M.Buyse rejette à l’avance l’argument de l’enquête publique qui a eu effectivement lieu, n’y voyant qu’"un simulacre de procédure". Du côté de la commune, la réaction étonne car la décision d’abattage a fait l’objet d’un point en commission de concertation de l’urbanisme lors de sa séance du 27 mai dernier. Le service vert de la commune d’Uccle y a de fait demandé un permis d’urbanisme pour abattre 35 arbres d’alignement et y planter d’autres espèces…