Bruxelles La société de transports en commun bruxelloise est déjà le plus gros employeur de la région, et cela ne devra pas changer en 2018. Les multiples projets sur la table (nouvelle ligne de tram 9, prolongement du tram 94, métro 3, arrivée de nouveaux bus hybrides et électriques sur le réseau,...) poussent la STIB à engager du personnel.

Ainsi, en 2018, la société régional est à la recherche de 650 personnes pour renforcer ses rangs. Parmi celles-ci, 350 personnes liées à la conduite (dont 150 conducteurs/conductrices de bus et 100 conducteurs/conductrices de tram), 120 électromécaniciens ayant des compétences en hydraulique et des électriciens, une vingtaine de personne liée à la sécurité, une soixantaine de techniciens et bien, sûr des managers pour encadrer ces équipes. La STIB précise que tous ces postes ne sont pas nouveaux postes, la moitié sont des remplacements de départs naturels.

1000 engagements en 2017

Ce rythme de 650 engagements prévus cette année n'est pas exceptionnel, il est même en baisse si on regarde les chiffres des années précédentes. En 2017, les transports en commun bruxellois ont engagé 980 personnes, 705 consécutifs à la création de poste. En 2016, la STIB engageait 1.010 personnes et même 1.085 l'année précédente.

L'une des attentions de la STIB est d'augmenter son nombre de femmes présentes dans l'entreprise. Au 1er janvier 2018, sur les 8.700 collaborateurs de la société, 10,2% sont des femmes. Un taux en augmentation par rapport aux années précédentes.