Bruxelles Les derniers préparatifs du BSF sont entamés.

Depuis mercredi passé, les scènes s’installent petit à petit sur les différentes places qui accueilleront des concerts durant les Brussels Summer Festival (BSF) : le Mont des Arts, la place du Musée et la place des Palais. Et sur cette dernière, ce n’est pas n’importe quel matériel qui va s’installer puisqu’il s’agit d’une scène qui avait été créée pour un concert du célèbre groupe U2 il y a une vingtaine d’années.

Et les chiffres sont impressionnants : environ 150 personnes fourmillent autour de l’organisation pour faire de l’expérience des visiteurs une réussite. Entre l’équipe de montage, les régisseurs ou les bénévoles qui installent la signalétique pour s’y retrouver sur les différents sites, la semaine s’annonçait intense. "Sur la scène de la place des Palais, il y a environ une vingtaine de tonnes de matériel dans le plafond. Entre les écrans LED et le son, les gens ne se rendent pas compte de tout ce qu’il y a derrière", explique Luc Messen, le régisseur général qui travaille pour le festival depuis deux ans. "Je suis un peu le chef d’orchestre. Je dessine les plans d’implantation des différents sites en suivant les demandes de l’organisation et la faisabilité sur le terrain. Ensuite, on monte tout."

En se promenant sur les différents sites du festival, on se rend compte des challenges auxquels se frottent les équipes pour monter les scènes. Sur la grande scène de la place des Palais, des lampadaires ont dû être introduits dans la structure que les travailleurs sont en train de monter, au milieu du trafic qui n’a pas encore été interrompu.

Le but de Fabrizio Gentile, le directeur du BSF, est de faire oublier aux festivaliers qu’ils se trouvent à des endroits qui sont normalement envahis par les voitures. Chaque jour, des dispositifs sont mis en place pour que la circulation soit ouverte ou fermée en fonction de l’heure de la journée. "Ce qui est particulièrement compliqué, c’est qu’il s’agit d’un festival urbain. On ne peut pas juste prendre un champ, mettre des barrières autour et poser toutes les scènes au milieu. Il faut beaucoup de discussions avec la police, le Siamu, la Ville, etc. Tout cela, ça change l’ambiance d’une ville. Cela a quelque chose de magique."

Plusieurs changements sont à prévoir cette année. La scène de la place des Palais sera notamment munie d’une avancée qui permettra aux artistes de se trouver entouré par le public. Le tout avec un bar et des toilettes accessibles sans devoir sortir.