Bruxelles

Le collège socialiste-libéral de la Ville de Bruxelles s'est mis d'accord sur les modalités de réaménagement des boulevards du centre de la capitale. La voiture n'en sera pas exclue de bout en bout. Il y aura environ un kilomètre de piétonnier essentiellement entre la place De Brouckère - où une bande de circulation sera préservée dans un seul sens- et un peu au-delà de la Bourse jusqu'à proximité de la rue du Lombard. En direction du Midi, les trottoirs seront élargis et la circulation automobile sera réduite à une bande. Dans l'ensemble, l'axe des boulevards du centre sera davantage verdurisé.

Plus globalement, certains axes perpendiculaires, notamment aux environs de la Bourse, appelée à accueillir un temple de la bière belge, seront aux aussi limités aux piétons, si bien que la zone sans voiture actuelle verra son emprise sur le centre très sensiblement augmentée.

Mais d'autres axes perpendiculaires resteront ouvert au trafic automobile en proportion réduite pour permettre un accès aux parkings dont plusieurs nouveaux sont prévus, si l'on en croit l'échevine de la Mobilité Els Ampe, et un trafic en boucle depuis la petite Ceinture. Cela permettra également une desserte en transports en commun (bus).

"Le réaménagement des boulevards du centre n'est désormais plus une intention, c'est un projet non seulement de mobilité, mais aussi de relance économique et esthétique à réaliser", a commenté vendredi le bourgmestre Yvan Mayeur, entouré de l'ensemble du collège échevinal pour présenter le projet à la presse.

Pour le Premier échevin libéral Alain Courtois, à l'heure où certains se livrent à une surenchère de petites phrases assassines, cela démontre que le PS et le MR peuvent travailler ensemble.

De son propre aveu, chacun à dû s'affranchir de ses propres tabous. Le MR, a-t-il concédé, en marge de la conférence de presse, a ainsi sensiblement évolué dans ce dossier en réalisant que le centre de la capitale dans sa configuration actuelle n'était plus viable et que seul un changement radical -"une révolution"- permettrait sa relance économique porteuse d'emplois.

Selon Yvan Mayeur, les négociations vont à présent s'ouvrir avec la Région bruxelloise et avec Beliris qui devrait financer le projet.

Les premières esquisses de réaménagement réalisées au cours des années précédentes tablaient sur un investissement de quelque 20 millions.

Le projet porté par l'ensemble de la majorité rencontre aussi, fût-ce partiellement, certaines aspirations des écologistes, qui, depuis l'opposition, avaient présenté leur propre plan en dix axes, il y a plus d'une semaine.

C'est ainsi que la majorité propose également de déplacer les très envahissants terminus de bus du centre - "de véritables dépôts en plein air", dixit Yvan Mayeur - vers la Petite Ceinture. La STIB ne serait pas insensible à cette demande.

La majorité est quant à elle également sensible à la demande de participation citoyenne au projet. Les Verts ont proposé d'organiser quatre ateliers de consultation en quatre endroits du boulevards durant quatre dimanches successifs.

La majorité organisera bien quatre ateliers, mais les vendredi et samedi pour permettre non seulement aux habitants, mais aussi aux autres utilisateurs de la ville de faire valoir leur point de vue.

Le collège espère voir son projet de concrétiser d'ici la fin 2017, au terme d'un chantier de deux ans.


Illustration du projet zone piétonne:

Légende : en vert = ce qui est déjà piétonnier

                    en rouge = ce qui le sera normalement en 2017



Grouwels demande une concertation

La ministre bruxelloise du transport Brigitte Grouwels a demandé vendredi que la Ville de Bruxelles poursuive la concertation au sujet de son projet de réaménagement des boulevards du centre.

Disant applaudir ces plans de libération de l'espace entourant la Bourse au profit des usagers faibles, elle estime qu'il faut en approfondir les effets notamment en termes d'aspiration de voitures dans certaines zones, et de politique de stationnement qui doit s'intégrer dans celle qui a été mise en place par la Région. Mme Grouwels s'interroge notamment sur l'opportunité de créer des parkings supplémentaires alors qu'il existe déjà une offre large de parkings hors voirie qui ne sont pas saturés.

Il importe aussi d'évaluer l'impact du projet sur la rénovation de la station de métro Bourse et de ses accès actuels.

Pour la ministre CD&V, il ne peut être question non plus de remettre la capacité du transport en commun de surface. Elle qualifie à ce propos la suppression de terminus de bus dans le Pentagone, de mauvaise idée.