Bruxelles Le commissaire Pierre Vandersmissen a introduit une action auprès du conseil d'Etat selon une information de la RTBF. Ce recours vise sa propre hiérarchie dans le cadre de la sélection, en 2016, d'un nouveau chef de zone.

Son visage avait fait le tour des médias belges le 24 mai 2016. Le commissaire Pierre Vandersmissen avait été victime d'une violente agression d'un militant FGTB lors de la manifestation contre le gouvernement Michel.


Mais il est également connu pour être un "cow-boy" selon les milieux de gauche. Ses méthodes musclées ne font pas l'unanimité. Qui plus est, son arrestation du président de la Ligue des Droits de l'Homme devant la Bourse de Bruxelles avait été critiquée. Alexis Deswaef participait à une marche interdite avec d'autres citoyens pour protester contre les débordements survenus lors d'une mobilisation de hooligans une semaine auparavant.

© Capture d'�cran

"Inapte" à la fonction

En 2016, la commission de sélection avait qualifié Pierre Vandersmissen "inapte" à la fonction de chef de zone. C'est Michel Goovaerts qui a donc été choisi pour endosser le rôle. Le collège de police réunissait les bourgmestres de la Ville de Bruxelles et Ixelles, soit Yvan Mayeur et Dominique Dufourny. Cependant, la mention "inapte" lui porterait préjudice puisqu'il lui est dorénavant impossible de postuler à d'autres fonctions policières, peu importe la zone.

Une première audience est prévue le 16 février prochain au Conseil d'Etat.