Bruxelles

Après les rebondissements qu'a connu le cinéma d'art et d'essai «Le Palace» (NdlR: ex-Kladaradatsch Palace), la boucle est bouclée», s'exprime Fadila Laanan (PS), ministre communautaire de la Culture, de l'Audiovisuel et de la Jeunesse.

Il est vrai que depuis l'acquisition, en février 2001, par le gouvernement de la Communauté française du cinéma Kladaradatsh Palace, sis boulevard Anspach à Bruxelles-Ville, pour 200 millions FB, le dossier concernant la réaffectation de ce bâtiment en partie classé a pris du temps... beaucoup de temps. Refuge du Théâtre national, de 2001 à 2004, avant que ce dernier ne soit relocalisé au boulevard Jacqmain, le cinéma «Le Palace» voit sa destinée se dessiner en avril 2004 lorsqu'est accepté par le précédent gouvernement le projet «Cinéma Palace» déposé par les cinéastes Jean-Pierre et Luc Dardenne, la distributrice Eliane Dubois (Cinélibre/Cinéart), le producteur Patrick Quinet (Artémis) et Nicole La Bouverie, responsable de la société conseil en audiovisuel Zenab. Pour rappel, ce choix avait déjà fait couler beaucoup d'encre: alors que le projet «Cinéma Palace» se disait réclamer le moins de subventions, il tablait sur des recettes - tirées notamment d'un bar avec petite restauration - illusoires de centaines de milliers d'euros. Mais face au prestige de cette «dream team», comment les trois autres projets en lice - supposés plus réalistes dans leur vision du cinéma d'art et d'essai - pouvaient-ils peser en nobles concurrents?

La décision est arrêtée et en novembre 2005, le gouvernement décide d'octroyer 2,5 millions d'euros pour financer une 1re phase de travaux de rénovation du «Palace», sous la forme d'une garantie apportée par la Communauté française à l'ASBL en formation «Cinéma Palace» pour qu'elle puisse contracter un emprunt sur 20 ans. Et autorise la conclusion d'une convention de mise à disposition du bâtiment au profit de l'ASBL pour 20 ans. Enfin, en décembre 2005, l'ASBL se constitue sous le nom de «Le Palace».

Hier, le gouvernement de la Communauté française a approuvé la convention de mise à disposition gratuite du bâtiment et le contrat-programme de l'ASBL «Le Palace». Ce dernier porte sur un montant annuel de 50 000 € et sera conclu pour 5 ans, du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2012. En outre, «le contrat-programme prévoit le développement d'un pôle cinématographique de qualité et engage l'ASBL à favoriser l'accès de tous à la culture, l'une des priorités des Etats généraux de la Culture», insiste Mme Laanan.

Par ailleurs, «j'ai tenu à rassurer les autres salles du réseau «art et essai». Le cinéma «Le Palace» est une salle supplémentaire qui doit s'inscrire en parfaite synergie avec ces salles», soutient la ministre. Ainsi, le contrat-programme prévoit une charte de collaboration à conclure entre l'ASBL «Le Palace» et les autres salles «art et essai» soutenues par la Communauté française en Région bruxelloise. Et Mme Laanan de préciser, «certes, il y a un distributeur au sein de l'équipe des frères Dardenne mais il est prévu une obligation de mettre à la disposition des autres salles une ou des copie (s) du film que ce distributeur souhaitera diffuser».

Avant que le cinéma ne puisse ouvrir ses portes, en septembre 2008, des travaux de rafraîchissement, des aménagements techniques et d'accès, notamment aux personnes handicapées, seront effectués. L'ouverture d'une 4 éme salle ne sera envisageable que dans une 2e phase de rénovation. En attendant, afin que le lieu ne devienne pas une coquille vide, d'autres manifestations sont prévues comme la Gay Pride.

Mais dès 2008, le bâtiment rénové devrait devenir un nouveau pôle de diffusion et de promotion du cinéma de la Communauté française et développer une programmation pédagogique en lien avec les milieux éducatifs et les autres salles d'art et d'essai bruxelloises.

© La Libre Belgique 2006