Bruxelles

On ne va pas se le cacher, c'est vrai que la mise en oeuvre de ce projet a pris un certain temps." Deux ans exactement depuis les premiers coups de pioche. Un délai qui, cependant, n'entame en rien l'enthousiasme de Bernard Clerfayt (FDF), bourgmestre de Schaerbeek, au moment d'inaugurer le parc Reine-Verte. Cet espace vert de plus de 5 000 m² financé à hauteur de 2,2 millions d'euros par l'Europe, la Région et la ville, joindra l'utile à l'agréable pour les Schaerbeekois en ouvrant un nouveau passage entre le secteur de la Place de la Reine et celui de la rue Verte.

L'entrée se fait par l'esplanade de la Cocof. Un petit sentier débouche sur le pavillon du parc. Tombé en ruine après le déménagement dans ses nouveaux locaux de la RTT, devenue Belgacom, il a fallu entièrement rénover le bâtiment. Il abritera désormais les locaux des gardiens du parc, un point de restauration, qui sera sans doute apprécié par les employés ou ouvriers des alentours, et l'ASBL Ateliers des petits pas qui propose des activités aux enfants de 5 à 15 ans.

Emploi et formation

Une terrasse prolonge ce pavillon, offrant une vue imprenable sur la zone nord de Bruxelles. Au pied de la terrasse, la promenade parsemée de massifs de verdure s'étale jusqu'à la rue Verte. Mais l'architecte Philippe Serck a dû composer avec un terrain difficile, qui se situait à l'origine sur deux niveaux séparés d'une hauteur de 20 mètres par un mur. Seule solution pour rendre le site accessible à tous, y compris aux moins valides : créer un jardin en pente douce.

Les habitants, eux, ont "aussi été associés autour de ce projet", comme le souligne le bourgmestre. "Des zones de retrait avec le voisinage ont par exemple été décidées, de même que des aires de jeu, de repos". Des murs et une rivière séparent ainsi le parc des habitations proches. L'ensemble revêt un aspect très "minéral" pour l'heure, mais d'ici peu, les concepteurs espèrent que la vigne vierge aura recouvert la pierre.

Une équipe de stagiaires venus du centre de formation des Jeunes travailleurs schaerbeekois sera en charge de la gestion et de l'entretien du parc. "L'idée d'intégrer à ce projet un volet emploi était aussi primordiale", a conclu Etienne Noël, échevin de l'Emploi.

Une équipe d'agents de prévention et de sécurité et trois gardiens viendront compléter l'effectif. Ne manquent plus que les flâneurs.

(st)