Bruxelles

Vincent De Wolf, le bourgmestre d'Etterbeek, a décrété dimanche une ordonnance de police qui impose l'arrestation administrative des sans-abri qui refuseraient d'intégrer les hébergements d'hiver. "Le bourgmestre est légalement obligé de garantir la sécurité et d'offrir de l'aide aux personnes dans le besoin", précise la commune bruxelloise. Cette mesure exceptionnelle est prise alors que des températures pouvant descendre jusque -10 degrés sont annoncées pour les jours à venir.

"Les sans-abri qui resteraient dehors dans ces conditions risquent de tomber en hypothermie et même de mourir de froid", explique le bourgmestre De Wolf. "L'ordonnance de police permet, dans les cas d'absolue nécessité, de protéger les SDF qui se mettraient eux-mêmes en danger en refusant l'hébergement par une arrestation administrative. Chaque sans-abri devra être conduit dans une salle chauffée de la commune. Un médecin sera consulté afin de déterminer si l'état de santé de la personne la mettrait en danger si elle retourne à l'extérieur. Selon l'avis du médecin, elle pourra être gardée à l'intérieur jusqu'à l'aube suivante."

L'ordonnance de police sera en vigueur entre 20h et 7h, et ce jusqu'au 8 mars. Si les conditions climatiques devaient demeurer en l'état, la mesure pourra être prolongée.

La Ville de Bruxelles a décidé d'emboîter le pas à la commune d'Etterbeek ce lundi matin en mobilisant sa police pour contraindre les sans-abri à accepter un hébergement. 

En cette période de grand froid, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close a décidé de mobiliser sa police pour contraindre les sans-abri à accepter un hébergement, a indiqué lundi sa porte-parole Wafaa Hammich. Une attention spéciale sera accordée, avec la collaboration du parquet de la jeunesse, aux jeunes enfants qui dorment dans la rue. Tous les travailleurs sociaux de la Ville sont appelés à contacter la police dès qu'ils voient un enfant en rue.

Le bourgmestre en appelle à la solidarité des autres communes, afin que cette mesure de prévention soit efficace. La Ville de Bruxelles dispose de quatre centres d'hébergement sur son territoire.

La décision de M. Close fait suite à l'ordonnance de police prise à Etterbeek dimanche soir par le bourgmestre Vincent De Wolf. Celle-ci impose l'arrestation administrative des sans-abri qui refusent d'intégrer les hébergements d'hiver.

En attendant d'autres communes ?