Bruxelles Un nouveau système d’identification des vélos sera lancé dans le courant du mois de mars.

Au fil des ans, le nombre de vélos volés ne cesse de croître dans la capitale. Si certaines communes dérogent à la règle, la tendance générale est malheureusement à la hausse, avec une augmentation de 5 % enregistrée par la police fédérale sur l’ensemble de la Région entre 2016 et 2017.

"Cette tendance va continuer d’augmenter", assure Laurent Masset, porte-parole de la zone de police Marlow (Uccle, Watermael-Boitsfort, Auderghem). Et de fait, ces dernières années ont vu le nombre d’adeptes du vélo drastiquement augmenter, ce qui amène forcément à plus de vols. "Ce qui évolue aussi, c’est la valeur des vélos, attirant dès lors encore davantage les voleurs", ajoute-t-il. Electriques, pliables, ou faits de matières plus légères et résistantes, les vélos qu’on utilise aujourd’hui coûtent effectivement bien plus cher.

L’identification des vélos

Face à cette augmentation du nombre de vols, certaines communes et associations tentent de répondre par une prévention accrue, via de nombreux conseils préconisés aux cyclistes, et diverses initiatives.

Les subsides régionaux ont notamment permis de multiplier les box à vélos dans quelques communes bruxelloises. En parallèle, l’agence Parking.brussels mène aussi en ce moment des projets pilotes en vue d’installer des parkings à vélos dans des rez-de-chaussée non utilisés.

"Le problème, c’est que les gens ne savent pas où et comment garer leur vélo", constate Florine Cuignet, chargée de politique bruxelloise au Gracq, le groupement des cyclistes au quotidien. Les conseils préconisés sont simples mais indispensables : toujours attacher son vélo à un bon cadenas très solide, à un point fixe visible de tous, en sécurisant au minimum le cadre et si possible une des roues. Ne pas hésitez non plus à multiplier les cadenas.

Un autre problème récurrent réside dans l’identification des vélos. N’étant pas doté d’une plaque comme les voitures, il est très difficile de tracer les vélos une fois volés. "On a énormément de vélos trouvés mais on ne retrouve jamais leur propriétaire", explique Laurent Masset.

En réponse à cette problématique, Velo-Pass, un nouveau système d’identification des vélos, sera lancé ce mois-ci à Bruxelles. Le but de cette initiative lancée par Traxio, la fédération du secteur automobile et des secteurs connexes, est d’attribuer un numéro unique à chaque vélo sous la forme d’un autocollant doté d’un QR Code. "Ça pourrait permettre d’enrayer la vente de vélos volés puisque chaque vélo sera enregistré et pourra donc être tracé", conclut Florine Cuignet.

Ces initiatives mêlées à une prévention prononcée contre le vol de vélos permettront peut-être d’endiguer cette fâcheuse augmentation qui a lieu depuis quelques années.