Bruxelles

D'aucuns redoutaient au sein du Mouvement réformateur qu'une partie du noyau dur de l'électorat libéral de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV) délaisse le MR pour Open VLD au vu de la liste tirée par le "très francophone" Olivier Maingain. Il faut croire que la stratégie adoptée par le MR a été la bonne puisque le parti devient la 1 re formation politique à BHV avec 6 sièges, dévolus à Olivier Maingain, Corinne de Permentier François-Xavier De Donnea, Daniel Ducarme et Bernard Clerfayt et Florence Reuter. Une tendance qui se reflète également dans les votes de préférence. Olivier Maingain caracole ainsi avec 45 439 voix de préférence, soit presque le double de son score aux législatives de mai 2003. Parmi les candidats MR plébiscités par l'électeur, on retrouve aussi l'ancien bourgmestre de Bruxelles-Ville François-Xavier De Donnea (21 394 voix), l'ancienne bourgmestre de Forest Corinne De Permentier (20 205), le président des libéraux bruxellois Jacques Simonet (19 845), l'actuel bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (19 813), fort de sa victoire sur Laurette Onkelinx aux élections communales d'octobre, et l'ex-journaliste Florence Reuter (19 219). A noter, la dégringolade de l'ancien ministre-président bruxellois Daniel Ducarme qui passe de 40 744 voix à 9 868 ainsi que le faible de score de la secrétaire d'Etat aux Familles Gisèle Mandaila (4 927), qui pourrait risquer de ne plus siéger au prochain gouvernement.

Si le Parti socialiste perd un siège (soit 3 sièges répartis entre Laurette Onkelinx, Charles Picqué - remplacé par la 1re suppléante Karine Lalieux - et Yvan Mayeur), ses candidats perdent aussi des voix personnelles dans l'aventure. Ainsi, bien que Laurette Onkelinx réalise le deuxième meilleur score après Olivier Maingain, elle perd 10 000 voix (33 549). Il en va de même pour le ministre-Président bruxellois Charles Picqué qui fait 15 000 voix de moins (22 682). Le secrétaire d'Etat bruxellois Emir Kir fortifie, en revanche, son score personnel avec 11 956 voix et prend le pas sur Yvan Mayeur (8 764), élu néanmoins grâce à l'effet dévolutif de la case de tête.

La présidente du Centre démocrate humaniste (CDH), Joëlle Milquet, talonne la vice-Première ministre avec 33 443 votes personnels, soit un bonus de plus de 5 000 voix. La croissance des scores personnels des candidats CDH se traduit d'ailleurs par l'acquisition d'un siège supplémentaire pour le parti (Joëlle Milquet et Benoît Cerexhe). Deuxième sur la liste, le ministre bruxellois Benoît Cerexhe quadruple son score de 2003 avec 12 331 voix. Il sera remplacé par la 1re suppléante Clothilde Nyssens (6 230).

Même tendance chez Ecolo qui conserve ses deux sièges. La tête de liste Zoé Genot quintuple son score (17 084) et conserve son siège de députée fédérale. Anne Herscovici acquiert 5 666 votes personnels. Les deux suppléants Evelyne Huytebroeck et Josy Dubié alignent 5 483 et 5 264 voix. Deuxième sur la liste, Fouad Lahssaini (4 555 voix) est élu en vertu d'un accord conclu avant les élections au sein du parti. A noter, l'absence de Marie Nagy sur la liste écologiste, et qui voit donc son mandat s'achever.

Herman Van Rompuy du CD & V/N-VA occupe la 4e marche du podium général avec 31 403 voix. Les deux autres élus de son parti sont Michel Doomst (28 415) et Sonja Becq (14 655).

Chez Open VLD (2 sièges, - 1), la tête de liste Maggie De Block double son résultat personnel (14 486 voix). Le 2e siège va à Luk Van Biesen.

Chez Groen !, l'unique siège (+ 1) revient à la tête de liste Tinne Van der Straeten, qui jouit du meilleur score personnel de son parti avec 4 898 voix de préférence.

Enfin, le revers que subit le SP.A-Spirit (- 1 siège) se ressent également chez les candidats. Frank Vandenbroucke tombe à 8 856 voix (contre 32 682 en 2003) et le ministre bruxellois Pascal Smet n'a attiré que quelque 2 000 voix. Hans Bonte, qui double son score personnel (7 140), est le seul élu SP.A-Spirit.