Bruxelles

Le personnel de l'hôpital Saint-Jean et celui de la clinique Saint-Etienne ont manifesté vendredi, à Bruxelles, son opposition au projet actuel de fusion entre les deux hôpitaux. Le Front commun syndical (CNE, CGSP et CGSLB) avait invité la population des communes de Saint-Josse et de Schaerbeek à se joindre au personnel. Ce dernier s'inquiète des conséquences sur l'emploi mais également sur la qualité du service rendu à la population si cette fusion devenait effective. Les syndicats rappellent qu'ils ne s'opposent pas au regroupement mais qu'il ne doit pas se faire à n'importe quel prix.

La pierre d'achoppement se situe au niveau de la capacité d'accueil de Saint-Etienne qui devrait être revue à la baisse au profit de Saint-Jean selon les syndicats. Aucune garantie sur l'emploi n'a été donnée au personnel de Saint-Etienne. Enfin, la CNE, par la voix de Mme Destrebecq s'insurge que les syndicats "n'aient pas été consultés mais au contraire mis devant le fait accompli."

Patrick Gérard, directeur de Saint-Jean, regrette cette action. Il dit "comprendre les craintes" mais ajoute que "le processus de construction du plan est toujours en cours et qu'il reste beaucoup de travail." Il rassure enfin la population quant au maintien de l'activité sur le site de Saint-Etienne.

Une réunion entre syndicats et direction s'est tenue en marge de la manifestation. A l'issue de celle-ci, les deux parties semblaient satisfaites.

D'autres actions possiblesLa manifestation (200 personnes selon la police) s'est disloquée dans le calme vers 13 heures. Aucun incident n'est à déplorer et les hôpitaux n'ont pas été affectés. D'autres actions de sensibilisation sont prévues cet été. Une grève n'est pas à exclure si la réunion de conciliation sociale prévue en septembre ne donne aucun résultat.

(st.)