Bruxelles

La nouvelle bourgmestre molenbeekoise et son échevin Amet Gjanaj enfreignent les statuts du Parti socialiste.

Lundi dernier, au bureau politique de la Fédération bruxelloise du Parti socialiste, Laurette Onkelinx a exempté la nouvelle bourgmestre de Molenbeek-Saint-Jean, Catherine Moureaux, et l'échevin de la même commune Amet Gjanaj d'une démission - pourtant obligatoire selon les statuts du Parti socialiste - de leur poste de député(e)s bruxellois(e)s. Catherine Moureaux et son échevin cumuleront donc leur job communal et leur poste de député(e) bruxellois(e) jusqu'aux prochaines élections régionales, en mai 2019.

Argument officiel avancé : éviter un chamboulement trop profond avec les suppléants. Contactée, la porte-parole de la Fédération PS de Bruxelles assure que cette décision ne contrevient pas au règlement interne du parti. Elle précise également que la proposition avancée par Laurette Onkelinx a été acceptée à l'unanimité des personnes présentes lors du bureau politique du PS bruxellois.

Pourtant, lors de son congrès du 2 juillet 2017, l'article 71 sur les incompatibilités en matière de mandats et fonctions externes stipule clairement, dans son alinéa 2bis, que "dans les communes comptant plus de 50.000 habitants, la fonction de parlementaire est incompatible avec les fonctions de bourgmestre, échevin ou président de CPAS." Exception faite des sortants : "Un parlementaire actuellement bourgmestre, échevin ou président de CPAS qui serait reconduit dans son mandat exécutif local pourra achever son mandat parlementaire jusqu’au plus tard au renouvellement des assemblées en mai/juin 2019." Cette mesure entre en vigueur "au renouvellement des conseils communaux issus des élections du 14 octobre 2018."

Fraîchement élue et non réélue, Catherine Moureaux n'entre donc pas dans le cadre de l'exception prévue par le règlement interne du PS. Idem pour son échevin Amet Gjanaj. A contrario et à titre d'exemple, la nouvelle présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles et députée fédéral Karine Lalieux entre dans le cadre de cette exception.

Pour mémoire, une démission anticipée d'un poste de parlementaire bruxellois(e) empêche l'intéressé(e) de toucher ses indemnités de départ. Dans le cas qui concerne Catherine Moureaux, on parle d'environ un an de traitement. En 2017, la nouvelle bourgmestre de Molenbeek a gagné 133.752,36 € bruts via son job de députée bruxelloise, son échevin - et député - Amet Gjanaj a quant à lui touché 123.532,62 €.