Bruxelles Le musée de l’Hôpital militaire a fait peau neuve.

Le ministre flamand de la Culture également chargé au sein du "Vlaamse regering" des affaires bruxelloises, Sven Gatz (Open VLD) a inauguré samedi à Neder-over-Heembeek la nouvelle salle historique du musée belge de radiologie.

Celui-ci a été créé en 1990 dans les couloirs du service de radiologie de l’hôpital militaire Reine Astrid de Bruxelles.

On ne le sait pas assez mais d’après une enquête, réalisée au "Science Museum" de Londres, auprès de 40 000 visiteurs, la plus importante découverte du XIXe siècle serait la radiologie ! Il est vrai que le recours et l’utilisation de la radiologie débordent et de loin des seuls domaines de la médecine.

Utilisation civile et militaire

Il n’y a cependant que quelques musées de radiologie au niveau mondial… Celui de Bruxelles, tout discret qu’il soit, vise donc à préserver le patrimoine de la radiologie belge, tant civile que militaire. Le musée est parfois présenté comme celui de l’invisible puisqu’il se penche sur plus d’un siècle d’histoire de l’imagerie médicale.

Le musée belge de radiologie forme un trio mettant en valeur les collections radiologiques avec ceux de Remscheid-Lennep (Allemagne) et de Palerme (Italie).

Son originalité ? Il est situé dans un service de radiologie en activité. Le musée est accessible au grand public qui s’intéresse aux évolutions des techniques utilisées en imagerie telles que la radiologie conventionnelle, l’échographie, la radiologie digitale et la tomographie computée (dite scanner), dans le domaine médical comme dans bien d’autres tels la peinture, l’égyptologie, l’industrie, la philatélie….

Depuis 1992, l’association Asklepios est chargée de sa mise en valeur et de sa spécificité d’être abritée dans un environnement à la fois médical et militaire. On estime que le musée compte quelque 2700 objets et autres livres. Il est aussi le cadre d’expositions temporaires et de diverses animations et rencontres tant scientifiques que culturelles au sens large.

Restait à relancer l’intérêt des visiteurs et aussi à faire mieux connaître le musée à l’extérieur. Dans cette optique, ses responsables ont décidé de rafraîchir sa salle historique qui est aussi une belle introduction à une découverte plus approfondie d’un secteur peu connu.

La salle historique peut aussi accueillir divers "trésors" qui dorment encore dans les réserves et les caves.

Une salle pédagogique en 2018

Le musée de la radiologie n’en restera pas là et prépare déjà la publication d’un catalogue qui expliquera tout e que l’on peut voir dans la salle historique.

En outre, à l’horizon de l’automne 2018, il espère pouvoir mettre à la disposition des groupes et de classes une salle pédagogique où les visiteurs seraient "briefés" avant leur visite mais également sondés à la fin de celle-ci par un test informatique qui les interpellerait sur ce qu’ils en ont retenu. Une manière à la fois scientifique et ludique d’aborder la radiologie. Cette salle supplémentaire devrait bénéficier cette fois d’un subside de la Région de Bruxelles-Capitale.

Enfin, on devrait aussi procéder à une rénovation-rafraîchissement des 160 posters présentés dans l’espace d’exposition.Christian Laporte

Renseignements. : http://www.radiology-museum.be