Bruxelles

C'est l'une des périodes les plus chargées de l'année pour la "Ferme Nos Pilifs". Surtout pour sa section "jardinerie". En quelques heures, ce ne sont pas moins de 4 000 sapins de Noël qui sont livrés. Des sapins qu'il faut aussitôt trier et calibrer. C'est que Noël approche, il n'y a plus trop de temps à perdre. Pour accomplir la délicate mission, ils sont une dizaine. Comme la centaine d'autres employés par la ferme, ils souffrent d'une déficience mentale.

Depuis presque 30ans, "Nos Pilifs" regroupent cinq ASBL au service des personnes déficientes mentales. Il n'y a pas lieu de chercher dans le dictionnaire : "Nos Pilifs", c'est tout simplement l'anagramme de "Filipson", le nom de la fondatrice de l'ASBL. Derrière ce nom original se cache un tout regroupant des services multiples, dont un centre de réadaptation pour enfants, un centre occupationnel de jour, des appartements supervisés, un club de loisirs pour adultes et une entreprise de travail adapté. Cette entreprise, c'est la "Ferme Nos Pilifs". Son but ? "Aider à l'insertion sociale en offrant un travail rémunérateur, permettant ainsi à la personne handicapée d'acquérir une plus grande autonomie."

Les employés sont autonomes, certains vivent seuls, d'autres en couple ou en famille. Ils sont rémunérés au minimum garanti, un salaire qui peut augmenter selon la place occupée au sein de l'entreprise grâce à un système d'échelons. Des salaires subsidiés notamment par la Cocof, selon le degré d'autonomie du travailleur. "La Ferme" a opté pour des métiers de proximité et de contact, sans pour autant perdre de vue le côté rentable. Si sa vocation est sociale, La "Ferme Nos Pilifs" reste une entreprise qui doit assurer sa survie et la pérennité de ses emplois.

Les activités de la "Ferme" sont très diverses. Toute l'année, de nombreux enfants viennent, par exemple, découvrir les animaux de la "Ferme", dans le cadre de visites d'école ou bien de stages durant les congés scolaires. Véritable entreprise, la "Ferme" a aussi des activités commerciales comme son élevage, dont les produits sont vendus directement au consommateur via la petite épicerie. "La Ferme", c'est aussi "L'Estaminet", un café-restaurant très fréquenté les jours de grand soleil grâce à une terrasse savamment orientée. Un autre pan des activités consiste en l'atelier de manutention, auquel de grands groupes n'hésitent pas à faire appel pour plier, encarter, assembler, étiqueter et expédier brochures et autres circulaires.

Connaître la personne

Il y a enfin le plan "jardinerie", qui propose un grand choix d'arbres, fleurs et arbustes, mais également cinq équipes de terrain menées par des horticulteurs. "Il est important de ne pas adapter le matériel aux personnes, mais au contraire de pousser les employés à s'y habituer , explique le responsable "jardinerie" Guy Van Malleghem. Il faut aussi prendre le temps de bien connaître la personne et voir à quelle place elle est le plus à l'aise." L'ancien entrepreneur remarque que "les employés ont conscience de leur situation, ils n'ont, par exemple, aucun problème quand on leur parle de leur travail, mais ils n'aiment pas parler de leur handicap" . Il en va de même pour la période de Noël, "ils n'aiment pas beaucoup ça".

Marché de Noël

Ce sont pourtant les employés eux-mêmes qui ont magnifiquement décoré le marché de Noël de la Ferme. "Nous les avons laissés présenter les produits comme ils le veulent, c'est très important que ça leur plaise" , insiste Guy Van Malleghem. Boules, guirlandes, service traiteur, mais aussi bien sûr les sapins fraîchement livrés, le marché de Noël de la "Ferme" offre tout le nécessaire pour des fêtes dignes de ce nom.

De quoi éviter la cohue des grandes surfaces tout en soutenant une belle initiative, sociale et humaine.

Le marché de Noël de la "Ferme" ouvre ses portes aujourd'hui.

Infos : Web www.fermenospilifs.be