Bruxelles

La direction de l'école Singelijn à Woluwe-Saint-Lambert qui avait suscité la controverse après avoir décidé la semaine dernière de ne plus faire confectionner de cadeaux par les enfants dans le cadre scolaire pour la fête des mères et des pères, a porté plainte après avoir reçu des mails comportant des menaces de mort et des insultes, a indiqué le parquet de Bruxelles. 

L'enquête visera à déterminer si les courriers contiennent des menaces concrètes qui relèvent d'infraction pénales ou s'il s'agit uniquement d'injures et de propos inappropriés. Dominique Paquot, le directeur de l'école Singelijn, a expliqué lundi avoir reçu quelque 250 mails d'insultes et de menace depuis qu'il a fait part de la décision de l'ensemble de l'école pédagogique de ne plus faire faire de cadeaux par les enfants dans le cadre scolaire pour la fête des pères et des mères. "J'ai reçu des mails de menaces physiques à mon encontre mais également un courrier où il était question d'incendier l'école, a-t-il indiqué, précisant être atterré par la dimension que prenait une décision anodine.

Le directeur de l'établissement a expliqué que la décision n'a pas été prise à la légère mais qu'elle est le fruit d'une réflexion de deux ans. Ses classes sont composées de familles hétérogènes: monoparentales, parents décédés, parents qui ne voient plus leurs enfants, couples homosexuels, etc. La confection des cadeaux pouvait donc générer des souffrances chez certains enfants.