Bruxelles Piétonnier, Cirque royal et Stade national étaient au programme du conseil communal de ce lundi soir.

C'était un conseil communal presque historique qui s'est déroulé ce lundi soir au sein de l'hôtel de Ville: pour la toute première fois, le nouveau bourgmestre Philippe Close (PS) a cédé son siège de président du conseil à un autre élu, à savoir Jacques Oberwoits (MR). Jusqu'ici chef de groupe des libéraux au conseil, Jacques Oberwoits a été élu à une très large majorité. Pour le suppléer dans cette fonction, le chef de groupe du PS, Jean-Marie Amand assura la vice-présidence du conseil. Une décision saluée par Ecolo, le CDH et Défi, siégeant tous les trois dans l'opposition.

Et ce n'est pas le seul changement majeur opéré ce lundi soir. En effet, le conseil communal a procédé à l'élection du nouvel échevin David Weytsman (MR), désormais en charge de la Revitalisation urbaine et de la participation. Pour rappel, le libéral était appelé à remplacer numériquement Philippe Close (PS) comme échevin suite à l'élection de ce dernier à la tête de la Ville. Enfin, Clémentine Barzin a été désignée cheffe du groupe MR en remplacement de Jacques Oberwoits.

Après ce volet institutionnel, les conseilleurs communaux ont pu interpeller et questionner les élus sur différents dossiers, dont certains plus épineux que d'autres.

Les avancées du piétonnier

Le bourgmestre l'avait déjà annoncé la semaine dernière: les travaux du piétonnier débuteront ce mois-ci. Une grande étape dans ce dossier aux multiples rebondissements, sur lequel la conseillère indépendante Marie Nagy a demandé plus d'explications. "La rénovation du centre-ville est permanente. Je cherche à apaiser les choses, trouver des solutions concrètes. N'attendez pas de moi une grande conférence de presse révolution, moi je veux aussi être un bourgmestre pragmatique qui évalue les problèmes où ils viennent et qui tentent de les résoudre en ayant une vision. Les travaux commencent enfin sur les boulevards mais ils commencent aussi rue Neuve, à l'ilot sacré, dans les Marolles,... C'est aussi ça notre politique de proximité", a répondu Philippe Close.

L'exploitation du Cirque royal

En août dernier, le Conseil d’Etat rejetait l’occupation précaire du Cirque royal par Brussels Expo suite au recours introduit par le consortium Botanique/Sportpaleisgroup. Tous les concerts ont alors été annulés. Aujourd'hui encore, l'avenir de la salle de spectacle reste très flou. "La seule certitude, c'est que la propriété est celle de la Ville de Bruxelles. Au delà du problème de l'exploitation, on a fait faire une expertise indépendante pour savoir ce qu'il se passait. Elle se révèle catastrophique pour les précédents exploitants. Les normes de sécurité ne sont pas du tout respectées et donc la priorité pour nous, c'est de remettre la salle en état. On ne va pas jouer avec la sécurité des spectateurs", a avancé le bourgmestre.

L'avenir du Stade national

La semaine dernière, L'UEFA annonçait attendre jusqu'au mois de novembre avant d'éventuellement se mettre à la recherche d'une alternative à Bruxelles pour l'Euro 2020. En effet, le Stade national, dont les travaux étaient censés démarrer en mars 2016, est toujours au point mort. Selon l'échevin des Sports, Alain Courtois (MR), à l'origine du projet, le planning a été réajusté par le promoteur immobilier Ghelamco. "Le début des travaux est fixé à début avril. Le stade pourrait donc être prêt pour l'Euro 2020. Je ne cache pas que les obstacles et le manque de soutien de certain ne nous facilitent pas la tâche. Si d'aventure nous devions être recalés, la faute en incombera à l'inertie du Fédéral et de l'Union belge, et à personne d'autre", a déclaré le libéral.