Bruxelles L’entrée principale du Parc Hockey Club a été fermée sur décision de justice.

Depuis le vendredi 15 septembre, c’est le chaos total pour les membres du Parc Hockey Club qui souhaitent accéder aux infrastructures. Une situation qui fait suite à une action en justice entamée par deux riverains du quartier, lassés des nuisances engendrées par la présence du club. Dans un jugement rendu le 13 septembre dernier, la justice leur a donné raison, et la grille d’entrée historique du club, située au 50 avenue Schaller, a été condamnée, au grand dam des quelque 1 500 membres de ce club fréquenté par de nombreux Bruxellois.

Résultat : les joueurs, arbitres et accompagnants doivent désormais passer par l’entrée du Centre sportif de la Forêt de Soignes pour accéder aux installations, soit un tour d’environ 20 minutes à pied. Cette alternative n’est toutefois pas possible pour les personnes à mobilité réduite ou les personnes âgées qui accompagnent leurs petits-enfants. Ces derniers doivent dès lors faire le chemin tout seul pour rallier le Centre sportif.

De plus, certains riverains placent des barrières Nadar au milieu de la route les jours de grande affluence. Une situation qui engendre d’importants soucis de mobilité puisque les voitures sont dès lors déviées dans des rues adjacentes où elles se garent sauvagement. Une autre solution de stationnement existe sur le parking situé sous le viaduc Herrmann-Debroux à proximité de l’Adeps. Mais cet endroit est déjà saturé en temps normal. "Beaucoup de membres se plaignent des difficultés de mobilité, sans en connaître les raisons", explique Marc Gielis, directeur du Centre Sportif.

Grilles fermées au moins jusqu’au 4 octobre

Les grilles du Parc Hockey Club resteront fermées au moins jusqu’au 4 octobre, le temps pour la juge d’analyser si les mesures provisoires mises en place pour limiter les nuisances sont de nature à améliorer la situation des plaignants.

Du côté de la direction, on déplore le manque de concertation. "Nous avons été avisés de cette décision deux jours avant son application. Cette décision brutale nous a mis dans une situation extrêmement complexe au niveau de la communication à nos membres", explique Xavier Moulaert, président du club. "Il est déplorable que pour des raisons d’ordre individuel, ce soit la collectivité qui soit prise en otage par rapport au maintien d’une pratique sportive."

De plus, les heures d’ouvertures du Centre sportif ne coïncident pas avec celles du club de hockey, entraînant d’importants soucis au niveau de l’organisation des matchs. Une pétition recueillant près de 1 500 signatures a été mise en ligne pour demander la réouverture de l’entrée principale dans les plus brefs délais. Le Parc Hockey Club a également pris contact avec des avocats pour envisager des recours.