Bruxelles

Le long de l’avenue du port, un ancien bâtiment de la KBC va être abattu prochainement pour faire place à un vaste projet de construction de nouveaux logements qui va y voir le jour.

Au total, ce sont 28.000 m2 qui vont être libérés pour laisser la place à la construction de quatre nouveaux buildings et d’espaces verts. Les lieux sont prévus pour accueillir principalement du logement, mais des commerces et des équipements (dont la nature précise n’a pas encore été déterminée) seront prévus au rez-de-chaussée de chaque bâtiment. Il se pourrait même qu’une partie du bâtiment situé le plus à gauche depuis le canal soit aménagée en vue de créer un hôtel sur environ six étages, mais cette partie du projet n’est pas encore décidée et il n’est pas certain que cet hôtel voie le jour.

Sans la partie hôtelière, le projet devrait compter au total 280 logements répartis dans les trois bâtiments à flanc de rue et un quatrième, situé plus en retrait. Le parking existant sera préservé pour offrir au moins autant de places que de logements. "La grande volonté du projet était de créer des ouvertures. Pour le moment, l’accès est barré par de grandes grilles, mais nous voudrions créer des passages faciles entre les bâtiments. Cela permettra aussi de dégager la vue et d’accéder au canal entre les bâtiments. Une des conditions était aussi de créer un accès entre la rue Bouvier et l’avenue du Port", explique Olivier Mahy (MR), échevin de l’Urbanisme.

À Molenbeek tous les projets de rénovation ou de développement de nouveaux logements doivent prévoir au moins 20 % d’habitations comptant au moins trois chambres. Ce nouveau projet ne déroge donc pas à la règle. "C’est un défi à Bruxelles. Les familles quittent la capitale parce qu’elles ne trouvent pas de logements adaptés. Pour le moment, on a tendance à beaucoup diviser les maisons unifamiliales pour en faire de toutes petites unités. Il faut pouvoir offrir des logements à tout le monde, continue l’échevin. Les grands logements permettent aux familles de vivre à l’intérieur et de ne pas souffrir de la promiscuité, ce qui améliore la qualité de vie", ajoute Olivier Mahy. Pour le moment, le permis n’est pas encore passé, le dossier est encore à la Région pour analyse. Il sera ensuite mis à l’enquête publique.

Le projet prévoit aussi une vaste zone aérée avec de la verdure en intérieur d’îlot. "La densification doit se faire à certains endroits. Il y a des lieux plus propices que d’autres mais il faut aussi faire attention aux équilibres : la qualité du logement, la mixité des activités proposées (commerces, équipements, bureaux) et des zones de verdure."

À l’heure actuelle, le projet n’est pas encore assez avancé pour pouvoir prévoir une date potentielle pour le commencement des travaux.