Bruxelles

Vous êtes également en charge de la Politique des personnes handicapées à la Cocof. Or la Cocof est, elle aussi, en proie à de grosses difficultés budgétaires...

La politique des personnes handicapées représente 1/3 du budget Cocof. Le budget Cocof commence à être discuté cette semaine. On sait qu’il a toujours été fait dans la douleur et que cela le sera encore. Nous devrions avoir un ballon d’oxygène du côté wallon-Communauté française de 12,5 millions. Cela ne va pas sauver structurellement la Cocof, soyons clairs. Il va y avoir des discussions institutionnelles dans les mois prochains qui vont sûrement reparler de la Cocof et éventuellement de certains transferts de compétences vers la Région (Tourisme, Infrastructures sportives ), ce qui risque de changer le visage de la Cocof. Très clairement, sur la Politique des personnes handicapées, je ne ferai aucune économie. Autant je peux imaginer qu’on n’augmente pas les budgets parce que ce serait difficile, autant je ne vois pas comment je ferais des économies dans un secteur qui a été souligné comme prioritaire. On est de surcroît engagé dans des nouvelles institutions doivent se créer.

Ces 12,5 millions seront-ils une aide ponctuelle ou récurrente ?

J’avais compris de l’accord de juillet que ce serait une aide récurrente et qu’on allait vers un changement de la loi de financement de la Cocof. J’entends aujourd’hui qu’autour de la table du côté wallon les interprétations de cet accord sont différentes, ce que je regrette parce que je pense qu’autour de la table bruxelloise l’interprétation était assez unanime : aller vers une récurrence.

Vous avez une double casquette : ministre à la Région bruxelloise et ministre à la Communauté française. Une opportunité pour jeter des ponts et rappeler les spécificités bruxelloises ?

Je ne suis pas là pour favoriser les Bruxellois, mais je suis là quand même pour être vigilante sur toutes les politiques par rapport aux spécificités bruxelloises. C’est fondamental. J’ai commencé à le faire en soulignant que pour le Plan Marshall 2.vert (Région wallonne) qui a une partie en lien avec la CF sur toute une série de politiques, il fallait que Bruxelles soit aussi concernée par ce plan au travers des politiques CF. C’est comme cela qu’il y a eu il y a quinze jours une réunion informelle entre les ministres wallons, de la CF et les membres francophones du gouvernement bruxellois pour screener les politiques qui peuvent être communes entre Région wallonne, CF et Région bruxelloise, ce qui permettrait aussi de faire certaines économies budgétaires, parce qu’on peut mutualiser certaines choses et faire des passerelles.