Bruxelles

La ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Frémault (cdH) présentera à la mi-septembre un plan pour réduire le bruit dans la capitale, écrit Le Soir jeudi. Baptisé "Quiet Brussels", il mettra l'accent sur la conservation de lieux de tranquillité et l'amélioration des situations problématiques. Troubles du sommeil, hypertension, accélération du rythme cardiaque... Un Bruxellois sur deux ressent l'effet du bruit sur sa santé, selon une enquête de Bruxelles Environnement réalisée en 2017.

La superposition du trafic routier, des avions et des trains expose d'importantes parties de la Région à un bruit important. De jour, 431.000 personnes (36% de la population) sont exposées à des niveaux "très bruyants" - de 65 à plus de 75 dB -, soit 31% des habitations, 18% des écoles et 20% des hôpitaux.

Le plan recommande notamment l'extension des zones 30 à proximité des écoles et des hôpitaux, le soutien à des flottes de transport public et privé plus silencieuses ou l'utilisation de revêtements plus silencieux.

Par ailleurs, le plan qui a cartographié les "zones de confort" (moyenne sous 55 dB) entend ouvrir cette information au public, via une application pour smartphone. Il s'agit de forêts, de parcs, des intérieurs d'îlots, etc.