RDC: comment redynamiser les hôpitaux?

Stéphanie Bocart Publié le - Mis à jour le

Bruxelles

Réfectionner les murs des hôpitaux congolais, c’est bien mais cela n’est pas suffisant", revendique Rachel Izizaw, présidente de l’ASBL Tshela, une association d’infirmiers sans frontières, fondée en 2006 par des infirmiers belges et congolais. "Cela ne va pas améliorer la qualité des soins de santé. Le taux de mortalité est toujours aussi élevé!"

En décembre2007, l’ASBL Tshela est sollicitée par le ministre national de la Santé de la République démocratique du Congo (RDC) pour l’aider dans son programme de réhabilitation des hôpitaux congolais. "Nous avons proposé un nouveau concept, explique Rachel Izizaw. Nous avons proposé de mettre en place un processus de redynamisation des hôpitaux congolais." Concrètement, ce processus démarrera avec un projet-pilote qui sera mené à l’hôpital général de référence (HGR) de Kinshasa.

Si l’ASBL Tshela compte déjà à son actif douze missions en RDC, centrées principalement sur des modules de formation du personnel médical, "ce n’est pas tout", insiste la présidente de l’association. "Il est, selon moi, beaucoup plus gratifiant de se focaliser pendant un an sur la réorganisation d’un seul hôpital". Pourquoi? La redynamisation des hôpitaux congolais "ne marchera que si tous les maillons sont réunis: faire en sorte que le gouvernement congolais s’engage à payer les salaires des médecins et infirmiers ; former le personnel ; et réhabiliter les infrastructures hospitalières", défend Rachel Izizaw.

Ce projet-pilote s’inscrit dans le cadre du partenariat de solidarité internationale conclu depuis 2002 entre la Ville de Bruxelles et la Ville-Province de Kinshasa. "Chaque année, depuis 2002, la Ville de Bruxelles consacre un budget de 500000euros pour ce partenariat, sans compter les dons en ambulances, corbillards, etc.", rappelle Bertin Mampaka (CDH), échevin de la Solidarité internationale à la Ville de Bruxelles. Et le partenariat ne s’arrête pas là puisque la Ville de Bruxelles collabore également avec Kinshasa dans les domaines de l’Etat civil et de la Propreté publique.

Mais avant de lancer ce projet-pilote de redynamisation, "il faut une phase préparatoire", indique Rachel Izizaw. Ces 29, 30 et 31octobre sont donc organisées au Palais des Académies à Bruxelles les premières "Journées de solidarité internationale sur la santé en RDC", "une étape importante dans le partenariat entre la Ville de Kinshasa et la Ville de Bruxelles", commente Maître Puati Ngoma, ministre de la Santé de la Province de Kinshasa. Objectif? Mettre autour de la table tant des interlocuteurs congolais que belges (experts en pratique et en enseignement de la médecine, acteurs institutionnels, etc.) afin de déterminer des stratégies pour la redynamisation des hôpitaux en RDC. "Il s’agit davantage d’un colloque de concertation pour voir comment mettre en place le projet-pilote dans l’HGR de Kinshasa et puis dans les autres hôpitaux du pays", précise Rachel Izizaw. "Ce colloque sera l’occasion d’écouter ce que nous vivons tous les jours", commente le Dr P.Tshiamala, médecin directeur de la clinique Ngaliema. "Il faudra changer les mentalités. Si l’hôpital congolais est malade, c’est parce que le système sanitaire congolais est malade".

Ces journées s’articuleront autour de trois thématiques: la problématique des hôpitaux en RDC, les stratégies, et la solidarité internationale.

Stéphanie Bocart

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM