Bruxelles

La préparation du vaste chantier de la rénovation indispensable du tunnel Léopold II est effectuée de manière très professionnelle. La Flandre se montre très constructive dans la concertation qu'impose ce travail sur cet axe de pénétration. 

Les informations sur la fermeture de nuit seront diffusées après Pâques. Celles sur la fermeture proprement dite, prévue durant les grandes vacances, le seront deux mois auparavant, a affirmé vendredi ministre du Transport, Pascal Smet. Le ministre a été longuement interrogé en séance plénière du parlement régional par plusieurs députés relayant des inquiétudes exprimées par les communes de l'ouest de la capitale, quant aux conséquences du chantier en termes de mobilité, à quelques mois du scrutin communal d'octobre.

Pour le cdH qui siège dans la majorité des communes de Molenbeek, Ganshoren, et Jette, Benoît Cerexhe a souligné que l'on parlait de ce chantier depuis 2012, mais qu'à un mois du démarrage des travaux, on ignore toujours quel scénario sera adopté pour limiter la casse au niveau du trafic en surface. Catherine Moureaux (PS) a également exprimé son inquiétude, ne sachant pas lequel de trois scénarii sur la table serait retenu.

Pascal Smet a souligné que la rénovation de cet imposant ouvrage d'art ne pouvait plus attendre. "J'aurais préféré comme d'autres l'on fait avant moi en 2012 ne pas entamer ces travaux à l'approche des élections, mais on ne peut demander à un ministre de ne pas tenir compte de la sécurité et de l'état du tunnel", a-t-il dit.

Le ministre a rappelé qu'entre le 1er mai et le début du mois de juillet, le tunnel ne serait fermé que de nuit. La fermeture en journée ne sera d'application que pendant l'été.

"Il ne s'agit en tout cas pas d'un dossier politique, mais technique. Ceux qui disent que l'on n'a pas géré le dossier professionnellement se trompent. L'an dernier on a désigné un hyper-coordinateur. On a aussi désigné les bureaux STRATEC et Agora pour préparer le travail. Ce ne sont pas des 'clettes'"(ndlr: incompétents), a-t-il souligné.

Toujours d'après le ministre, des réunions ont déjà été organisées avec les communes. Lors de la dernière en date, les bourgmestres ont envoyé des représentants. Une invitation leur sera adressée après Pâques pour terminer la concertation, a-t-il indiqué, disant espérer que les maïeurs concernés viendraient en personne.

Trois scénarios sont sur la table: ne rien faire, "et c'est le chaos assuré", fermer les tunnels et l'avenue Charlequint, ce qui n'est "pas acceptable pour une capitale de l'Europe qui se dit ouverte", ou garder un accès limité, en veillant à fluidifier le plus possible le trafic entrant et sortant.

Pascal Smet privilégie actuellement ce schéma de travail. On réserverait une bande de circulation à en unique autour de la basilique pour les voitures et l'autre aux bus des sociétés de transport STIB et De Lijn qui se sont engagées à renforcer leur offre. Un itinéraire sera également prévu sur tout l'axe pour les cyclistes. Un télé-jalonnement indiquant des choix préférentiels d'itinéraires sera organisé en amont à l'extérieur de Bruxelles. Les feux de signalisation seront adaptés. La place Sainctelette sera organisée en rond-point.

La SNCB estime pour sa part offrir une capacité a priori suffisante, mais elle est prête à la revoir à la hausse si nécessaire.