Bruxelles Dans trois semaines, le test de perception des risques deviendra obligatoire en Région bruxelloise.

À partir du 1er novembre, le test de perception des risques deviendra obligatoire en Région bruxelloise. Ce test est une partie intégrante de l’examen pratique. Celui-ci présente donc deux volets : le test de perception des risques et l’épreuve sur route.

Une réussite à l’examen pratique ne sera possible qu’en ayant réussi aussi le test de perception des risques. Si le candidat échoue au test de perception des risques il devra repasser le test. Si le candidat échoue deux fois au test de perception des risques, il faut alors aller dans une auto-école pour y suivre six heures de cours. Ensuite, le candidat reçoit à nouveau deux chances. Et s’il échoue à nouveau la 4e fois, alors il devra à nouveau retourner à l’auto-école (6 h) et ainsi de suite.

Concrètement, ce test examine les capacités d’évaluation du candidat conducteur. Ce dernier sera confronté à différentes situations de circulation dans lesquelles il devra identifier les dangers potentiels qui se présentent. Il y a donc des questions très pratiques concernant le fait de doubler un cycliste, s’arrêter devant un bus, laisser la priorité au tram, etc. Le candidat reçoit d’abord une explication sur l’écran du test de perception des risques, ainsi que deux tests pour s’entraîner afin de ne pas être surpris. Le système d’interrogation, après chacun des 5 fragments vidéos de 30 secondes environ, est un choix multiple. Quatre choix sont proposés, et il y a une à trois réponses correctes. Le candidat réussira cette épreuve s’il obtient au minimum 6/10.


"C’est une épreuve importante pour évaluer si le candidat est capable de conduire dans un contexte urbain où le trafic est dense et où de très nombreux obstacles peuvent surgir à tout moment", explique Bianca Debaets (CD&V), secrétaire d’État en charge de la Sécurité routière. "Il me semble logique que si un candidat n’est pas à même de repérer ces dangers, il n’est pas prêt pour aller seul sur la route. C’est donc une épreuve sélective que l’on doit impérativement réussir. Pour les futurs candidats, ce test n’engendrera aucun frais supplémentaire puisque c’est la Région bruxelloise qui prend le surcoût totalement à sa charge."

Le coût de l’examen pratique reste donc actuellement à 36 euros, et le financement de ce test de perception des risques pour la Région est d’environ 100.000 euros. Le test pourra être effectué en français ou en néerlandais. Le principe de l’interprétation reste le même que pour l’examen théorique. C’est en l’occurrence possible en allemand et en anglais.

Ce test de perception des risques intervient dans le cadre d’une réforme importante de la formation à la conduite et de l’examen pour l’obtention du permis de conduire en Région bruxelloise. L’objectif étant de mieux former et préparer les conducteurs de demain, d’améliorer la sécurité routière et de diminuer de manière drastique le nombre de victimes.