Bruxelles

Depuis le 2 janvier 2017, la piscine Victor Boin, située rue de la Perche à Saint-Gilles, a rouvert ses portes, après plusieurs mois de rénovation. Mais ces travaux ont constitué une première phase, et une seconde commencera en 2020 afin de procéder à des travaux de plus grande ampleur. Les travaux devraient, si tout va bien, commencer au printemps 2020 pour une durée estimée entre 18 et 24 mois.

"Le problème est que cette piscine n’a jamais fait l’objet d’une rénovation profonde depuis 1939, contrairement aux autres piscines de la capitale, explique Cathy Marcus (PS), échevine de la Rénovation urbaine et des Sports. N ous avons fait une première séquence de travaux avec le remplacement du carrelage autour de la piscine et dans les cabines, mais on va maintenant devoir travailler sur le bassin en lui-même et réfléchir au sens de circulation autour de la piscine pour s’adapter aux nouvelles normes sanitaires, notamment en matière d’hygiène."

Lundi soir, en séance de commission réunie, trois projets de rénovation ont été présentés. "On a lancé une étude pour réfléchir aux adaptations à mettre en œuvre sans dénaturer le caractère patrimonial de la piscine. Nous devons repenser tout l’ensemble car ce bassin accueillait à l’époque un nombre inférieur d’usagers par rapport à aujourd’hui", ajoute Cathy Marcus.

Par ailleurs, des cabines collectives et familiales seront construites afin de pouvoir accueillir un maximum de monde. "Dans un des projets proposés, la porte d’entrée située rue de la Perche sera déplacée vers la rue du Fort, qui constituait l’entrée initiale lors de la création de la piscine. Cela permettra de mettre en valeur l’atrium, qui est l’espace entre l’entrée et la piscine et qui a une véritable valeur patrimoniale", ajoute Vincent Henderick, chef de file de l’opposition CDH.

Enfin, il ajoute que la rénovation des bains turcs - entreprise par Beliris - est maintenant terminée, mais des détails au niveau de la cuve d’immersion doivent être réglés et les vestiaires en piteux état ne permettent pas une exploitation immédiate. "La commune a donc décidé de ne pas rouvrir ces bains turcs avant la fin des grands travaux", déplore Vincent Henderick.