Bruxelles D’abord par un groupe de 9 à 10 jeunes, ensuite par un individu seul mais enragé.

Le dimanche 20 mai, alors qu’ils rentraient d’une promenade au marché médiéval, deux jeunes Bruxellois ont lâchement été agressés par une bande de jeunes qui traînaient sur la place des Bienfaiteurs.

"Mon ami m’a déposé devant chez moi afin que je monte les courses pendant que lui aille chercher une place de parking dans la rue Godefroid Devreese. Je suis alors monté rejoindre ma copine et les quelques amis présents chez moi, et 5-10 minutes plus tard, mon ami n’était toujours pas rentré", se souvient Denis (nom d’emprunt).

Il décide alors de redescendre et trouve son ami encerclé par un groupe de 9 jeunes âgés de 16 à 20 ans. "Ils l’ont accusé d’avoir percuté la voiture parquée derrière la sienne lorsqu’il a fait son créneau. Ils lui ont réclamé la somme de 200 € sans quoi ils ne le laisseraient pas partir. Je suis alors allé à leur rencontre pour leur montrer qu’il n’y avait aucun impact sur le véhicule et, que s’ils y tenaient, on pouvait faire un constat à l’amiable avec le propriétaire du véhicule, mais on n’allait pas leur donner 200 € pour ça", ajoute Denis.

Les jeunes ont alors commencé à se montrer agressifs en leur tirant les vêtements et en les provoquant. "Soudainement, un autre de leurs amis est venu en scooter en se montrant très menaçant. Il disait qu’il allait nous frapper et nous insultait de tous les noms. J’ai dit que je n’avais rien à voir avec cette situation. Il est alors remonté à bord de son scooter, a parcouru 150 mètres avant de faire demi-tour et d’accélérer vers nous. Il a renversé mon ami et, à ce moment-là, les jeunes nous ont roué de coups sous les yeux des passants, commerçants et autres tenanciers qui ne sont pas intervenus. Nous, on était en position fœtus et on essayait de se protéger tant bien que mal. Mon ami a eu le nez fracturé et s’est fait voler son smartphone. Moi j’ai une côte fêlée, des hématomes partout", poursuit Denis.

Des hématomes sur le corps
© DR

Une fois relevés, Denis décide d’appeler la police. C’est à ce moment-là qu’un autre individu, qui ne connaissait a priori pas l’autre bande de jeunes, est sorti d’un bar à chichas et a commencé à insulter Denis et son ami en disant qu’ils avaient arraché son rétroviseur, en parlant d’une voiture parquée dix mètres plus loin. "Il nous a, à son tour, réclamés 50 €. On a refusé et il s’est littéralement enragé en nous donnant des coups de pied, il m’a mis un coup-de-poing dans la tempe et a voulu s’en prendre à ma copine et mes autres amis qui étaient descendus voir ce qui se passait. La police est finalement intervenue et a pris son identité", conclut Denis, qui a porté plainte au sein de la zone de police locale.